degainer

Prononciation : dé-ghê-né
Nature : v. a.

1Tirer une arme tranchante de sa gaîne.
Il ne fallait les premiers dégainer l'épée , BOSSUET , Var. 10 Fig.
Je n'ai rien. - Et Morgué, dégainez vos écus , HAUTEROCHE , le Deuil, sc. 14
2Absolument. Il fallut dégainer, on l'a forcé à dégainer, c'est-à-dire il fallut mettre l'épée à la main, on l'a forcé de mettre l'épée à la main.
.... Mais si, par aventure, Comme les hommes sont souvent impatients, Il voulait dégainer avant qu'être céans , SCARRON , Jodelet, IV, 7
Vous êtes de l'humeur de ces hommes d'épée Que l'on trouve toujours plus prompts à dégainer Qu'à tirer un teston s'il le fall ait donner , MOL. , l'Étour. III, 5
Mais lui, sourd aux raisons qu'il a pu lui donner, A voulu sur le champ le faire dégainer , REGNARD , Ménechm. IV, 8 Familièrement. Brave jusqu'au dégainer, se dit d'un fanfaron, et aussi de quiconque promet beaucoup et ne tient rien.
C'est ce qui s'appelle brave jusqu'au dégainer , SÉV. , 231
Il ne frappe pas comme il dégaine, il est plus terrible en menaces qu'en effets.
L'Académie, qui met un accent circonflexe à gaîne, n'en met pas au composé dégainer. C'est une anomalie inutile. XVe s.
Tellement leva à chacun la colere, qu'ils se leverent en piez, et mirent chacun la main à la dague, et vouloient deguainer l'un sus l'autre furieusement , Mém. d'OL. DE LA MARCHE, p. 33, dans LACURNE
Les paroles qu'elle decocha ne furent pas moins tranchantes que rasoirs degainant bien affilés , LOUIS XI , Nouv. I
XVIe s.
Leur vraye justice est de persecuter les meschans à glaive desgainé , CALV. , Instit. 1200
Si aucun desguainnoit l'espée ou baissoit la pique, il ne pouvoit plus renguainner ni relever la pique , AMYOT , Pyrrhus, 76
Dé.... préfixe, et gaîne.