degat

Prononciation : dé-gâ ; le t se lie ; un dé-gâ-t affreux ; au pluriel, l's se lie : des dé-gâ-z affreux
Nature : s. m.

1Dommage causé par une cause violente. La grêle, l'orage a fait de grands dégâts. Le passage d'une armée cause toujours des dégâts considérables.
La guerre en quatre jours, au pied de vos murailles, Ferait plus de dégât que cinquante ans de tailles , BOURSAUT , Fables d'Ésope, II, 5
[Les paysans] Forcés de souffrir le dégât que le gibier fait dans leurs champs sans oser se défendre , J. J. ROUSS. , Confess. X Terme de guerre. Faire le dégât, ravager.
Faire le dégât d'une province , VAUGEL. , Q. C. 168
Il [Corbulon] y marcha avec son armée sans faire le dégât aux lieux par où il passait , PERROT D'ABLANCOURT , Tac. 450
M. d'Humières a fait un très grand dégât partout , SÉV. , 267
Deux cents barques normandes s'approchèrent de la Rochelle et tâchèrent de surprendre cette ville, pendant que les armateurs de Bayonne faisaient le dégât aux environs , ST-FOIX , Ess. Paris, t. V, p. 62, dans POUGENS
Dommage causé par les personnes aux propriétés d'autrui, par les bestiaux dans les terres d'autrui.
2Consommation excessive et prodigue de denrées. On fait un grand dégât de bois, de vin dans cette maison. XVe s.
Cils de Toulouse s'en plaignoient trop grandement pour les degats et le grand dommage qu'ils [ceux de Lourdes] leur faisoient , FROISS. , II, III, 8
XVIe s.
Vous semez ces fruicts, afin qu'il en face le degast , MONT. , IV, 353
N'ayant reçeu autre profit de ces grandes guerres, sinon degast d'argent et consommation d'hommes , LANOUE , 353
Les estrangers fesoient en France des degats incroyables , Mém. s. du G. ch. 7
Dé.... préfixe, avec le sens augmentatif, et l'ancien français gast, qui avait le même sens qu'aujourd'hui dégât (voy. GÂTER) ; provenç. deguais.