deduire

Prononciation : dé-dui-r'
Nature : v. a.

1Soustraire, retrancher une somme d'une autre. Il y a plus de moitié à déduire sur ce compte. 2Énumérer, exposer en détail.
On tira Lyncestès de prison, et on lui ordonna de déduire ses défenses , VAUGEL. , Q. C. liv. VII, ch. 1
Si je voulais entreprendre de déduire ce qui s'est passé en Grèce, il faudrait interrompre le fil des affaires de l'Asie , VAUGEL. , ib. liv. V, dans RICHELET
Les puissantes raisons qu'on vient de me déduire Vont ranger mes soupçons au point de se détruire , MAIRET , Soliman, II, 7
Dom Bertrand [le singe] gagnerait près de certains esprits ; Les raisons en seraient trop longues à déduire , LA FONT. , Fabl. XII, 3
Chacun se mit à déduire par le menu ce qu'il savait , HAMILT. , Gramm. 8
Ce dernier écrit peut répondre de la beauté de ceux que l'on vient de déduire , LA BRUY. , Disc. s. Théophr.
Ayant été introduits dans le sénat, ils déduisirent leurs plaintes et firent leurs demandes , ROLLIN , Hist. anc. Oeuvres, t. III, p. 603, dans POUGENS
Il déduisait ses preuves, il exposait ses objections avec ses preuves , MAIRAN , Éloges, Card. de Polignac.
3Inférer, tirer comme conséquence.
Vérités fort différentes des principes dont elles sont déduites , ROHAULT , Physique, dans RICHELET
J'en déduirai plus au long les conséquences , BOSSUET , Somm. de la doctr.
On doit à Huyghens, sinon la première invention des horloges à pendule, du moins les vrais principes de la régularité de leurs mouvements, principes qu'il déduisit d'une géométrie sublime , VOLT. , Louis XIV, 31
4Se déduire, v. réfl. Être déduit, être tiré comme conséquence. Cela se déduit clairement des prémisses. XIe s.
À tel dolur et à si grant poverte [pauvreté], Filz, t'ies deduit par alienes terres , St Alexis, LXXXIV
XIIIe s.
Dedens ceste forest [je] sui povrement deduite [amusée] , Berte, XXXVII
Et si lonc sont [ses cheveux], qu'en deduisant Li vont deux tours entor la teste , Bl. et Jeh. 254
Mès au plus bel te dois deduire [amuser], Que tu porras, sans toi detruire , la Rose, 2169
XVe s.
Quand j'eus sejourné en la cité de Pammiers, laquelle cité est moult deduisant, car elle sied en beaux vignobles , FROISS. , II, III, 6
Si veulx que vous saichez que Salphar ayme ma dame par amour, de quoy je suis en une très grande jalousie, si ne m'en sçay comment deduire [tirer] , Perceforest, t. VI, f° 43
XVIe s.
Freres, oyez, je vous pry, ma semonce, Et retenez ce que j'ay cy deduit , MAROT , I, 304
Tant plus avant ceste lettre lisoye, En aise grand tant plus me deduisoye , MAROT , I, 372
Quand ils vinrent à luy deduire comme Bacchus et Hercules estoyent aussi en ce registre , MONT. , IV, 149
Platon ayant voulu deduire au long, et enrichir ce subject de la fable Atlantique , AMYOT , Solon, 66
Après que les uns et les autres eurent deduit leurs raisons , AMYOT , Marcell. 38
Ilz les revendoient au bout de l'an, et Caton en retenoit plusieurs pour soy mesme, leur en donnant et deduisant [de l'argent qu'il leur avait prêté] autant comme on leur en avoit le plus presenté , AMYOT , Caton, 45
J'ai plusieurs points que je pourrois induire à ce propos, si je voulois deduire Ce fait au long.... , DU BELL. , VII, 31, verso.
Provenç. desduire, desdure ; du latin deducere, tirer, faire sortir (de de, et ducere, conduire, voy. DUC), qui avait pris le sens de divertir, détourner, amuser, exactement comme divertir lui-même.