decorum

Prononciation : dé-ko-rom'
Nature : s. m.

Ce qui convient et décore. Observer le décorum.
Il faut garder le décorum pour la province , SÉV. , 184
Non, mais il faut sans cesse Garder le décorum de la divinité , MOL. , Amph. Prol.
Vous éprouvez l'attendrissement comme nous ; mais vous gardez votre décorum , VOLT. , Roi de Pr. 216
Exhortez-le à garder le décorum philosophique , J. J. ROUSS. , Hél. I, 46
J'ai, sans m'intimider, en traitant cette affaire, Gardé le décorum et parlé hautement , DUFRÉNY , Mariage fait et rompu, II, 9 Il n'a pas de pluriel.
XVIe s.
Pour contenter ceste docte assemblée et garder le decorum et la dignité du rang que je tiens en l'eglise , Sat. Mén. Harangue de Pelvé
Lat. decorum, neutre de decorus, ce qui orne, ce qui sied (voy. DÉCORER). DÉCORUM. Ajoutez : - REM. Le Poussin a employé ce mot dans le sens de décoration. Puis viennent l'ornement, le décorum, la beauté, la grâce, la vivacité, le costume, la vraisemblance et le jugement partout, Lett. du Poussin, 7 mars 1665, dans J. DUMESNIL, Hist. des amat. ital. p. 542.