deconcertement

Prononciation : dé-kon-sèr-te-man
Nature : s. m.

Action de déconcerter. Le déconcertement des mesures qu'il avait prises. Perte de contenance.
Je remarquai une espèce de déconcertement, d'où je compris que c'était l'instant favorable de profiter de son trouble , SAINT-SIMON , 253, 144
Sur le visage du duc de Noailles l'excès de l'embarras, du dépit, du déconcertement était peint , SAINT-SIMON , 404, 6
Le cardinal, voyant qu'il avait à faire à un contradicteur peu complaisant, balbutia ; car il passait quelquefois de l'audace du brigand au déconcertement du friponneau , DUCLOS , Mém. règ. Oeuvres, t. VI, p. 106, dans POUGENS
Déconcerter. DÉCONCERTEMENT. 1Ajoutez :
Depuis qu'on a juré la perte de Port-Royal, il n'y a plus que déconcertement dans nos conseils, que lâcheté dans nos généraux... , Pièce janséniste, dans SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. VI, p. 205, 3e édit.
2Ajoutez :
M. de Staal chagrin du désagrément de ma réception ; moi tout étonnée de me trouver mariée ; le déconcertement se répandit dans la maison , STAAL , Mém. t. III, p. 178