decolorer

Prononciation : dé-ko-lo-ré
Nature : v. a.

1ôter, altérer la couleur.
La mort décolorait son front sans diadème , VOLT. , Oedipe, V, 1 Fig. Il était souffrant, et la souffrance décolorait pour lui la nature.
2Se décolorer, v. réfl. Perdre sa couleur. Son teint se décolore.
Un lis penche et se décolore , DELAV. , Paria, II, 6 Fig. Son style s'est décoloré.
[Après le cri de Pluton] Les expressions d'Homère se décolorent, elles deviennent froides, muettes et sourdes, et une multitude d's sifflantes imite le murmure de la voix inarticulée des ombres , CHATEAUB. , Génie, II, V, 5
Les ans font-ils neiger sur nous, à nos yeux tout se décolore , BÉRANG. , Bonne maman.
XIe s.
Teint [il] fut et pers, desculuret et pale , Ch. de Rol. CXLVI
En son visage [il] fut mout desculuret , ib. CLXII
XIIe s.
Et ses viaires [visage] teinz et descolorez , Ronc. p. 23
Li chevaliers la [dame] regarda au vis [visage], Si la vit moult pale et descolorée , QUESNES , Romancero, p. 107
Il lur bailla le brief ; quant il i unt trové Qu'il esteient einsi de lur mestier sevré, De duel [deuil] e de coruz furent descoluré , Th. le mart. 124
E quant li reis le vit, mult out le quer irié, Ses mains feri ensemble, e se plaint senz faintié, En sa chambre en entra d'ire desculurez, Dit qu'il ad malveis hommes nurris et alevez , ib. 133
XIIIe s.
Et Renart, qui l'avoit veü Pensis et si descoloré , Ren. 4569
Tant par estoit descolorée Qu'el sembloit estre enlangorée , la Rose, 201
Del sanc qu'il ot perdu fut tout descolorés , Chans. d'Ant. IV, 100
XVIe s.
Tous ayans les visages descoulourez et desfaits , AMYOT , P. Aem. 56
La volupté n'en est en soy ni pasle ni descoulourée, pour estre apperceue par des yeulx chassieux et troubles , MONT. , III, 273
Berry, découleurer, découlourer ; provenç. et espagn. descolorar ; portug. descorar ; ital. discolorare ; du latin decolorare, de de, et color, couleur.