decharner

Prononciation : dé-char-né
Nature : v. a.

1Dépouiller les os de la chair. 2Amaigrir, ôter l'embonpoint. La maladie l'a tout décharné.
Ce visage si grave N'a sauvé toutefois des ravages du temps Qu'un peu d'os et de nerfs qu'ont décharné cent ans , CORN. , Illusion comique, I, 1
3Fig. Décharner son style, le dépouiller d'agréments, d'ornements.
Il savait que les préceptes, quand on les traite d'une manière si nue et si subtile, ne sont propres qu'à dessécher l'esprit et qu'à décharner, pour ainsi dire, le discours, en lui ôtant toute grâce et toute beauté , ROLLIN , Hist. anc. t. XI, 2e part. p. 728, dans POUGENS
4Ôter aux arbres trop de bois. 5Terme de fauconnerie. Décharner un leurre, ôter le morceau de chair dont il est garni. 6Se décharner, v. réfl. Devenir décharné. Ce cheval se décharne. XIIIe s.
Che estoient Tapins qu'avions encontré, Trestout maigre et caitif et de fain descarné , Ch. d'Ant. V, 880
Et il qui me vit megre et descharné de la maladie, et en l'abit que je avoie esté en prison, dit que il ne m'en bailleroit nulles , JOINV. , 250
XIVe s.
Tu l'abescheras [donneras au faucon la becquée] sur le loirre, puis le descharneras [tu ne le laisseras pas achever la chair] , Modus, f° LXXXII, verso
XVIe s.
Et pour ce que la tuerie et la pillerie duroient sans fin, les plus advisez pour descharner [désacharner] leurs gens, trouverent in vention de les faire passer à Limoux , D'AUB. , Hist. I, 138
Les dents [des ladres] sont descharnées , PARÉ , XXII, 10
Amuser la curiosité de nostre esprit, luy donnant où se paistre, à ronger cet os creux et descharné , MONT. , II, 238
Mendiants aux portes, descharnez de faim et de pauvreté , MONT. , I, 246
Dé.... préfixe, et chair, anciennement char et charn ; provenç. et espagn. descarnar.