dechanter

Prononciation : dé-chan-té
Nature : v. n.

1Terme d'ancienne musique. Chanter en partie ; exécuter le déchant. 2Fig. Changer de ton, rabattre de ses prétentions, de ses espérances. Il trouvera bien à déchanter.
Traversé, sans repos, par ce démon contraire, Tu vois qu'à chaque instant il te fait déchanter , MOL. , l'Étour. III, 1
Marceline : Il n'arrive jamais que pour nuire. - Figaro : Je m'en vais le faire déchanter , BEAUMARCHAIS , Mar. de Figaro, IV, 9
XIIIe s.
Ki donc oïst canter archangles, Descanter puceles et angles [anges] , DU CANGE , discantus.
XVe s.
Deschanter par figures de notes , EUST. DESCH. , dans RAYNOUARD
XVIe s.
L'artillerie adonc ne faillit point à deschanter un si hault contre-point , J. MAROT , V, 35
Déchant ; provenç. deschantar. On voit ici un exemple qui montre que les mots perdent souvent leur signification primitive pour en prendre une d'accord avec leur composition apparente actuelle. Déchanter a été certainement d'abord exécuter le déchant, et en ce sens il vient de déchant ; mais il est certain qu'aujourd'hui déchanter c'est faire le contraire de chanter, c'est-à-dire éprouver une mortification, un déplaisir, être dans le chagrin, et, en ce sens, il vient de dé.... préfixe, et chanter.