debonnairete

Prononciation : dé-bo-nê-re-té
Nature : s. f.

Qualité du débonnaire. Sa débonnaireté va jusqu'à la faiblesse. Bouhours dit qu'il y a des gens délicats qui ne peuvent souffrir ni débonnaire ni débonnaireté ; pour lui, il ne les admet guère qu'en parlant de la douceur qui appartient au chrétien. Aujourd'hui ces mots, sans être fort employés, gardent pourtant leur place. XIIIe s.
Tant [elle] ot tousjours eü de debonaireté , Berte, CIII
Nous devons apeler le bienfet le roi, celui bienfet qui ist de sa deboneretié , Liv. de just. 10
Si que noz avons veu en aucuns liex, là ù il a esté soufert par debonereté, que ele [la femme] emportoit bien autant de muebles ou plus comme il demoroit as hoirs ou as executeurs , BEAUMANOIR , XIII, 21
Tout soit ce que le [la] deboneretés du segneur ait soufert qu'il ne soit pas justiciés du fet , BEAUMANOIR , LXVII, 19
Le [la] deboneretés du bailli ne se doit pas estendre vers les malvès , BEAUMANOIR , LXVII, 19
Ne porquant en cas de crieme ne doit avoir point debonnereté , BEAUMANOIR , LXVII, 63
En ce point me fist un mien chevalier une grande debonnaireté, qui fut tele.... , JOINV. , 283
XIVe s.
Et la vertu moienne, nous l'appellons mansuetude ou debonnaireté , ORESME , Eth. 49
XVe s.
Tout en la maniere qu'il est escript de la grande debonnaireté de l'empereur Octavian qui seigneuria tout le monde , Bouciq. IV, ch. 9
XVIe s.
C'est l'effect de la debonnaireté et mollesse , MONT. , I, 3
La debonnaireté et facilité de complexion , MONT. , I, 197
Or conte doncques à ceste heure la debonnaireté de ceste science [l'agriculture] , LA BOÉTIE , 223
Grand debonnaireté a maints hommes grevé , LEROUX DE LINCY , Prov. t. II, p. 303
Débonnaire ; ital. dibonarietà. DÉBONNAIRETÉ. Ajoutez :
Ma mémoire remplira tous les jours de ma vie de la grandeur de votre débonnaireté [ô Dieu], si doucement exercée en mon endroit , ST FRANÇOIS DE SALES , Introduction à la vie dévote, I, 10