debiliter

Prononciation : dé-bi-li-té
Nature : v. a.

Rendre débile. Débiliter l'estomac. Se débiliter, v. réfl. Être, devenir débile. Son estomac s'est débilité. XIVe s.
C'est affoiblir et debiliter la vertu de la loy , ORESME , Thèse de MEUNIER.
XVe s.
J'ai l'estomac debilité Si bien qu'à grant peine il digere , BASSELIN , XII
XVIe s.
Ils s'efforcent bien d'aller : mais la chair en partie debilite leur vertu, en partie l'applique à soy , CALV. , Instit. 660
Parquoy plus grand capitaine, comme meilleur lucteur, doibt estre reputé celuy qui laisse son adversaire plus debilité , AMYOT , Cimon et Lucull. 6
Il print une grosse maladie à Demetrius, qui luy affoiblit et debilita grandement la force et vigueur de son corps , AMYOT , Démétr. 69
Lat. debilitare, de debilis, débile ; provenç. debilitar, debelitar ; espagn. debilitar ; ital. debilitare. DÉBILITER. Ajoutez : 2Fig.
Crois-tu qu'aimant Daphnis, le titre de son père Débilite ma force, ou rompe ma colère ? , CORN. , Suiv. IV, 10
Il [Tibère] crut véritablement que ce deuil ralentirait l'ardeur des soldats, et qu'un souvenir si funeste leur débiliterait le courage , PERROT D'ABLANCOURT , Tacite, Annales, I, 62