debeller

Prononciation : dé-bèl-lé
Nature : v. a.

Vaincre, réduire.
Je vous assure qu'elle est débellée, comme dit M. de Coulanges , SÉV. , 30
Tout le monde applaudit, et la maréchale encore débellée [c'est-à-dire nouvelle défaite de la maréchale] , SÉV. , 520
La nullité d'une cour entièrement débellée et asservie , SAINT-SIMON , 263, 11
Avec tous ces vices sans mélange d'aucun vestige de vertu, il [le duc de Grammont] avait débellé la cour et la tenait en respect , SAINT-SIMON , 168, 263 Terme vieilli.
XIVe s.
Remembre toi que tu dois savoir ces peuples gouverner, espargner aux subjects et debeller les orgueilleux , ORESME , Prol.
XVe s.
Pour debeller tous ceux qui voudroient le contraire , MONSTREL. , I, 70
Lat. debellare, de de marquant la fin, et bellum, guerre (voy. BELLIQUEUX).