CORBILLARD

Prononciation : kor-bi-llar, ll mouillées, et non cor-bi-yar ; le d ne se lie jamais ; au pluriel, l's ne se lie pas
Nature : s. m.

1Nom donné autrefois au coche d'eau de Paris à Corbeil. 2Par extension, grand carrosse. Inusité en ce sens.
Trois grands corbillards comblés de laquais, grands comme des Suisses et chamarrés de livrées tranchantes, parurent dans la cour et débarquèrent toute la noce , HAMILT. , Gramm. 12
3Char sur lequel on transporte les morts.
L'un veut guider le corbillard, Et l'autre d'un ton nasillard Me psalmodie une prière , BÉRANG. , Mon enterr.
XVIe s.
Corbillat, grande barque dont on se sert pour aller en un lieu près Paris , OUDIN , Dict.
Corbeil. Dans une gravure d'Iswelinc, qui représente le plan de l'île Saint-Louis et des deux ponts, avec les rues projetées et exécutées vers 1618, on remarque sur la Seine un coche d'eau, nommé corbillac, parce qu'il faisait le trajet de Paris à Corbeil. Richelet écrit conformément à l'étymologie, corbeillard. CORBILLARD. 1Ajoutez :
Est-il possible, dit-elle [la Seine], qu'on me doive toujours parler de cette Sapho et de ce Cléodamas ? il n'y a point de corbillard qui ne me rompe la tête de leur vertu et de leur mérite , Mlle de Scudéry, p. 260, Rathery et Boutron, Paris, 1873