CONDITION

Prononciation : kon-di-sion ; en poésie de quatre syllabes
Nature : s. f.

1La classe à laquelle appartient une personne dans la société par sa fortune, par sa qualité, par ses emplois, par sa profession. Condition sociale. L'inégalité des conditions.
Je ne me sentais pas de condition qui m'obligeât à faire un métier de la science , DESC. , Méth. 1, 13
Tous gens sont ainsi faits ; Notre condition jamais ne nous contente ; La pire est toujours la présente , LA FONT. , Fab. VI, 11
Le luxe et la vanité n'ont plus de bornes, et chacun se fait de ses propres vices les vertus de sa condition , FLÉCHIER , dans RICHELET
En vous ôtant un gendre on vous en donne un autre Dont la condition répond mieux à la vôtre , CORN. , Poly. V, 2
Cet orgueil qui nous pousse à nous agrandir au-dessus de nos conditions et de nos forces , FLÉCH. , Serm. II, 36
Hommes qui avaient vécu dans les plus basses conditions , FÉN. , Tél. XVIII
En quelque condition qu'on soit , FÉN. , ib. V
Un homme simple, obscur et d'une médiocre condition , FÉN. , ib. VII
Un roi vous semble heureux, et sa condition Est douce au sentiment de votre ambition , ROTR. , Vencesl. I, 1
Tu lui diras qu'à la vérité je n'ai pas dit qui c'était, mais qu'il t'a semblé que je parlais pour un autre, pour quelqu'un de condition égale à la mienne [un bourgeois] , MARIVAUX , le Préjugé vaincu, sc. 2 Dans le langage de l'histoire, la condition des personnes et des terres. Dans le moyen âge il y a trois conditions, les nobles, les vilains, les serfs ; il y a des terres de condition noble et de condition roturière. En termes de droit, faire la condition meilleure, pire, étendre ou restreindre les droits ou l'objet du droit d'une personne. Le créancier ne peut rendre sa condition meilleure au détriment du débiteur. Dans le langage général.
N'être pas de pire condition, être traité aussi bien que.... Croyez-vous que Dieu soit de pire condition que l'homme ? , PASC. , Culte.
Souvent le consul victorieux n'était pas de meilleure condition que le peuple qu'il avait vaincu , ST-ÉVREM. , II, 11
Le roi ne doit pas être à cet égard de pire condition que ses sujets , VAUBAN. , Dîme, p. 78
En droit, la condition des personnes, l'état civil ou l'ensemble des droits. Condition juridique, la condition de l'étranger, du mineur, de l'enfant naturel.
2La manière d'être, en parlant des choses. La condition des choses de ce monde est d'être sujettes au changement.
La condition d'un mariage avantageux est aussi souhaitable suivant le monde qu'elle est vile et préjudiciable selon Dieu , PASC. , Extrait d'une lettre à Mme Périer, 1659 Terme de philosophie. Principe des conditions d'existence, principe que les sciences ont substitué à celui de la finalité et qui consiste à considérer comment les choses sont ou se font et non pourquoi elles sont ou se font. Fondements, bases, éléments. Conditions constitutives, statiques, physiologiques, industrielles. En droit, conditions essentielles, les éléments essentiels des contrats, des obligations : le consentement, la capacité, l'objet, la cause. Ensemble de rapports. Conditions de température, de salubrité, dans un pays donné.
3Qualité requise. Conditions de capacité, de moralité. Cet ouvrage n'a pas les conditions demandées, n'est pas dans les conditions voulues. Bonne ou mauvaise condition. Marchandise de bonne condition. Terme d'hippiatrique. Le traitement bon ou mauvais que subit le cheval. En condition, terme qui désigne l'état du cheval qui, ayant été soumis à l'entraînement, est apte à courir. Ce cheval est mis en condition. 4Absolument, noblesse. Ceux qui comptent plusieurs degrés, sans illustration extraordinaire, forment l'homme et la femme de condition.
C'est ici que le sang et la condition Ne nous permettent pas une lâche action , ROTR. , Antig. III, 5
Il s'est mis dans la tête de vouloir faire l'homme de condition , MOL. , les Préc. 1
Nous connaissons des personnes de condition qui ont appréhendé des morts domestiques , PASC. , Lett. 4
Le besoin de loger les pensionnaires de condition , BOSSUET , Lett. abb. 274 La locution complète était condition noble ; l'usage a supprimé noble, en gardant le même sens.
5Service de domestique. Être, entrer en condition. Chercher condition. Hors de condition.
Il ne cherchera pas à le mettre en condition jusqu'à votre retour , SÉV. , 307 Faire plusieurs conditions, servir dans plusieurs maisons différentes, et, par extension, changer de condition, de position.
Mme de Brinon est à Maubuisson, où elle s'ennuiera bientôt ; cette personne ne saurait durer en place ; elle a fait plusieurs conditions et changé de plusieurs couvents , SÉV. , 507
Le sens propre, qui vient de la féodalité, était : personne de condition, personne soumise à une condition, c'est-à-dire affranchie avec la condition de fournir un certain service.
6Condition, situation, état. La condition matérielle du peuple, des laboureurs. Sa condition a empiré. Les empereurs romains améliorèrent la condition des esclaves. Améliorer la condition morale, intellectuelle et physique du plus grand nombre. Position avantageuse ou désavantageuse dans une affaire. Votre condition est bien meilleure que la mienne. 7Clause, charge, obligation qu'on impose ou qu'on accepte. Condition expresse, tacite, onéreuse.
Combats pour m'affranchir d'une condition Qui me livre à l'objet de mon aversion , CORN. , Cid, V, 1
La mort de Jésus-Christ ne suffit point sans le baptême ; il le faut d'eau, d'esprit ou de sang ; c'est à cette condition qu'il a mis l'utilité que nous en devons recevoir , SÉV. , 441
Il ne veut pas imposer les conditions de la paix avec hauteur , FÉN. , Tél. X
Nous réglâmes ensemble plusieurs conditions , FÉN. , ib. X
Quelles conditions elle veut imposer , RAC. , Baj. I, 4
Et faisons qu'à ses fils il ne puisse dicter Que les conditions qu'ils voudront accepter , RAC. , Mithr. I, 5
Ses prêtres.... à deux conditions se peuvent racheter , RAC. , Athal. V, 2 Absolument.
Je vous la veux montrer, mais à condition , LA FONT. , Cand.
Faire ses conditions, stipuler d'abord et formellement ses avantages. Vendre une chose sous condition, la garantir ; l'acheter sous condition, l'acheter avec faculté de la rendre si elle n'est pas ce qu'elle doit être.
Je vous assure de son service sous condition , SÉV. , 84
Vendre à condition, c'est vendre à la charge de reprendre la chose si elle ne satisfait pas l'acheteur. Baptiser sous condition, administrer le baptême à un enfant, dans le doute qu'il l'ait déjà reçu, ou qu'il soit vivant, ou que sa conformation soit monstrueuse et n'en fasse pas un homme ; et figurément et familièrement, il a été baptisé sous condition, se dit par plaisanterie d'un homme très laid ou très sot. Condition sine qua non (mots latins qui signifient : sans laquelle non), condition formelle et indispensable. En droit, conditions d'un legs, conditions d'un contrat, les clauses qui le déterminent. La donation est révoquée pour cause d'inexécution des conditions. Condition de droit, clause que la loi supplée dans un engagement. Plus spécialement, événement futur et incertain qui modifie une obligation et auquel l'existence de cette obligation est soumise. Obligation à terme ou sous condition. Condition nulle, illicite. Faire une donation sous la condition que le donateur survivra au donataire. Condition positive, celle qui consiste dans un événement qui arrivera ; négative, dans un événement qui n'arrivera pas ; suspensive, qui suspend l'existence de l'obligation ; résolutoire, qui éteint l'obligation en rétablissant les choses dans leur état primitif. À condition que, locut. conjonct. qui régit l'indicatif, ou le subjonctif, ou le conditionnel, et signifie pourvu que. Je vous donne cet argent à condition que vous partirez demain, ou que vous partiez demain. Il vous a donné cet argent à condition que vous partiriez ou que vous partissiez.
À condition qu'ils régneraient suivant ces maximes , FÉN. , Tél. V
On dit aussi à condition de, avec l'infinitif. J'ai reçu de l'argent, à condition de partir demain.
8Terme de commerce. Lieu destiné à la dessiccation des soies. Établissement pour connaître le poids des soies. 1° CONDITION, ÉTAT. La condition a surtout rapport au rang qu'on tient dans les différents ordres qui forment l'économie de la république. L'état a plutôt rapport au genre de vie, à l'occupation dont on fait profession, GIRARD. 2° DE CONDITION, DE QUALITÉ., De condition est plus compréhensif que de qualité ; tout homme qui appartient à la noblesse est de condition ; au contraire de qualité ne se dit que des personnes dont les aïeux ont eu quelque illustration, ou qui avaient un titre de duc, marquis, comte, etc.
Une personne de qualité ravit mon âme , MOL. , Escarbagn. sc. 16
On ne traite point de la sorte les femmes de qualité , MOL. , ib. sc. 21
XIIIe s.
Se il avenoit que aucuns clers ou lais, de quel condition que il fust , Ordonn. somptuaire de Phil. le Hardi
Par condicion que le seignor le done [le fief] à son dreit heir , Ass. de J. I, 222
Par ces deus cas dessus dis poés voz entendre de toz autres cas qui poent avenir de convenences qui sunt fetes par condicions , BEAUMANOIR , XXXIV, 4
S'aucuns convenence soz condition ou autre marcié , BEAUMANOIR , XXXIV, 58
On peut bien, selonc nostre coustume, fere lais [legs] par condition , BEAUMANOIR , XII, 54
XIVe s.
Personnes de condition [personnes assujeties à un service] , DU CANGE , conditionati.
Vous faites tout aussi vos condicions, Comme celui qui dit : au plus fort nous tenons , Guesclin. 21456
Et se tu veus dire que tu ne les mie subgès de fortune, Et que ta grant attraction [descendance] Afranchist ta condition... , MACHAULT , p. 96
XVe s.
Par telle condition que le jeune enfant prendroit à femme l'une des jeunes filles du roi d'Angleterre , FROISS. , I, I, 171
La reine, qui estoit vieille et de diverses conditions, n'estoit pas bien contente de lui, pour ce qu'il estoit amoureux d'aucunes autres jeunes dames du pays plus qu'il n'estoit d'elle , MONSTREL. , liv. I, ch. 171
Son gentil maintien et son arc doré donnoient enseignes de ses inclinations et conditions amoureuses , Bouciq. I, ch. 2
Quant ung prince ensuyt vertu et bonnes conditions et fuyt les vices , COMM. , Prol.
La plus part des gens taschent à leur complaire [aux princes] et à leurs complexions et conditions , COMM. , ib.
Et disoient sa condition [de Louis XI] estre telle que s'il n'avoit debat par le dehors contre les grans, qu'il falloit qu'il l'eust avec ses serviteurs et officiers et que son esprit ne pouvoit estre en repos , COMM. , III, 1
Qui eust peu prendre partie des conditions du roy nostre maistre et partie des siennes [du duc de Bourgogne], on en eust bien fait ung prince parfaict , COMM. , III, 3
Par condition qu'ils voulussent attendre à conclurre la ligue de quinze jours , COMM. , VII, 15
XVIe s.
On y retrouvera aucuns traicts de mes conditions et humeurs , MONT. , Au lecteur, p. X
C'est la condition de vostre creation , MONT. , I, 85
Gents de basse condition , MONT. , I, 90
Cet homme estoit simple et grossier, qui est une condition propre à rendre veritable le tesmoignage , MONT. , I, 233
Il leur vendit la retraicte à ses terres, en condition que.... , MONT. , I, 298
Ilz leur ottroyerent la paix soubs equitables et raisonnables conditions , AMYOT , Marcel. 9
Provenç. condicio ; espagn. condicion ; ital. condizione ; du latin conditionem, de condere, fixer, établir, de cum, et dere pour dare, donner (voy. DATIF). CONDITION. Ajoutez : Terme de turf. Un cheval est en condition lorsque, au moment de l'épreuve, il réunit toutes les qualités de forme et de vigueur qu'on est en droit d'exiger de lui.