COLPORTEUR

Prononciation : kol-por-teur
Nature : s. m.

1Originairement, petit marchand ambulant qui colporte ses marchandises sur son dos. Marchand ambulant, qui porte ses marchandises dans les campagnes pour les vendre à des particuliers, et, particulièrement, marchand de livres.
Mais dans les vers tous s'estiment docteurs, Bourgeois, pédants, écoliers, colporteurs , J. B. ROUSS. , Épît. III, 1
Par extension. Les Hollandais ont été les colporteurs des autres nations.
2Celui qui crie et qui vend dans les rues, avec permission de la police, les bulletins, les journaux, etc. Fig. Un colporteur de nouvelles, celui qui va les débiter à droite et à gauche. XIIIe s.
Nus chauciers de Paris ne puet conporter ne fere conporter par la ville de Paris chauces neuves de soie ne de toile, pour les fraudes qui sont teles que li conporteur ne sont conneu , Liv. des mét. 139
XVIe s.
La dite dame en fournissoit [de nouvelles] les contreporteurs , Sat. Mén. p. 197
Les revendeurs de livres, qui les portent à leur col par la ville, sont appellez contreporteurs, d'un mot corrompu au lieu de colporteurs , PASQUIER , Rech. VIII, p. 754, dans LACURNE
Colporter. COLPORTEUR. Ajoutez : - REM. Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne, a écrit colleporteur.