COING

Prononciation : koin ; le g ne se lie jamais : un koin excellent ; au pluriel l's se lie : des koin-z excellents
Nature : s. m.

Le fruit du cognassier. De beaux coings. Compote, gelée de coings. Familièrement. Être jaune comme un coing, avoir le teint fort jaune.
Elle était arrivée plus jaune qu'un coing , HAMILT. , Gramm. 7
C'était [M. l'Avocat] un grand homme, maigre, jaune comme un coing , SAINT-SIMON , 74, 218
XIIIe s.
Manger coins, poires et autres pesans fruis , ALEBRANT , f° 4
Totes manieres de cooins confortent l'estomac et donnent appetit de mengier , ALEBRANT , f° 53
XIVe s.
Le grain de l'or ne plus ne moins Que les cerises et les coings Ou que les pommes et les poires, Ont tous chacun leur heure.... , Traité d'alchim. 394
XVIe s.
La pomme de coin , O. DE SERRES , 685
Saintonge, coudin ; provenç. codoing ; ital. cotogna. L'italien vient du latin cydonia, le provençal et le français, du latin cydonium ; du grec, de Cydon, ville de Crète, d'où provint le cognassier. Coing est une contraction de l'ancien français cooin, répondant à cydonium.