CHIRURGIEN

Prononciation : chi-rur-jiin
Nature : s. m.

1Celui qui exerce la chirurgie. Un bon chirurgien.
Il s'était élevé un procès entre les médecins et les chirurgiens, espèce de guerre civile qui divisait les citoyens d'un même état , FONTEN. , Geoffroy.
Il vint à Paris à dix-huit ans s'instruire à l'hôtel-Dieu, la meilleure de toutes les écoles pour de jeunes chirurgiens , FONTEN. , Mery.
C'est ainsi que Dieu, comme un chirurgien, avec son couteau affilé et à deux tranchants à la main, qui est sa parole, pénètre les jointures, les moelles, les pensées, les intentions les plus secrètes , BOSSUET , Pensées chrét. VIII Chirurgien herniaire, s'est dit de ceux qui s'occupaient spécialement des hernies. Chirurgien bandagiste, s'est dit de ceux qui fabriquaient des bandages et qui étaient, comme les autres chirurgiens, reçus à Saint-Côme (c'était autrefois l'école de chirurgie, distincte de l'école de médecine).
2Poisson des mers de l'Amérique, ainsi nommé de deux arêtes fort tranchantes, et plates comme des lancettes, qu'il porte à côté des ouïes. Il faut avoir jeune chirurgien, vieux médecin et riche apothicaire. On fait, si l'on veut, en vers chirurgien de quatre syllabes.
Vite un chirurgien. - Qu'il vienne à l'audience , RAC. , Plaid, II, 13
XIIIe s.
Pour ce que il puet avenir que, quant murtrier ou larron sunt bleciez ou blecent autrui, vienent celéement aus cyrurgiens de Paris, et se font guerir celéement.... , Liv. des mét. 419
Je sai une fisicienne Qui à Lions ne à Viane, Ne tant comme li siecles dure, N'a si bone serurgienne , RUTEB. , 37
Quant il vint là, il ne pot parler : pluseurs des cyrurgiens et des phisiciens de l'ost alerent à li , JOINV. , 218
Fisique, Ypocras, Galien, Et cil hardi cirurgien , Bat. des 7 arts
XIVe s.
Et se un cyrurgien fendoit ou tranchoit aucun membre pour guarir un homme et il le occioit , ORESME , Eth. 62
XVe s.
Ni surgien ni medecin n'y purent oncques remedier, qu'il n'en mourust , FROISS. , II, III, 96
Et bien avoit [le roi Charles] la connoissance [de sa maladie], aussi avoient ses cirurgiens et medecins , FROISS. , II, II, 70
XVIe s.
Le chirurgien qui avoit pansé la playe du chevalier Bayard montra à son barbier comme il le pensoit et lui donna un onguent pour faire un emplastre qu'il devoit lui appliquer tous les jours , Hist. du chevalier Bayard, p. 286, dans LACURNE
Nous defendons et inhibons par tous les trois edits (porte le langage latin) que, dans la ville et vicomté de Paris, nuls chirurgiens et chirurgiennes ne puissent exercer l'art de chirurgie, soit publiquement ou en privé, s'ils n'ont esté prealablement examinez et approuvez par les autres maistres chirurgiens jurez demeuranz à Paris, à ce expressement appellez. Chose de prime face estrange et toutefois excusable, si par nos anciens romans (images de nos coustumes anciennes) nous trouvons que nos chevaliers ayans esté casuellement blessez par la campagne, ils avoient recours aux plus proches chasteaux, dans les quels ils trouvoient leur guerison par le ministere des preudes dames et damoiselles , PASQUIER , Recherches, IX, p. 820, dans LACURNE
Chirurgie ; génev. cérusien, cérugien. L'anglais surgeon vient de la forme serurgien, surgien. Dans le moyen âge, le cyrurgien était le même que notre chirurgien d'aujourd'hui ; le médecin se disait physicien (qui est devenu le nom du médecin en anglais, et qui dérive de physique), ou miege, de medicus, ou mire, du grec, onguent. Du reste, ces trois appellations prenaient souvent l'acception générale d'homme qui traite les maladies soit internes soit externes. CHIRURGIEN. Ajoutez : 1Ajoutez : Chirurgien major, voy. MAJOR, n° 5. 3Au féminin, chirurgienne, femme qui connaît la chirurgie.
Je ne sais que la mort de la pauvre chirurgienne qui s'est tuée parce qu'on lui avait ôté son amant , Lettre du chevalier de Grignan, 1674, dans Lett. inéd. de Mme de Sévigné, éd. Capmas, t. I, p. 329