CHICHE

Prononciation : chi-ch'
Nature : adj.

1Peu abondant, en parlant des choses. La moisson sera chiche. 2En parlant des personnes, parcimonieux. Être chiche.
Qu'il est chiche ! Belle leçon pour les gens chiches , LA FONT. , Fab. V, 13 Fig. Être chiche de ses paroles. N'être pas chiche de promesses.
La belle.... n'était chiche de ses regards , LA FONT. , Nic.
Elle n'en était guère plus chiche [de ses faveurs] , HAMILTON , Gramm. 6
Eussiez-vous tout le bien dont le ciel vous est chiche , RÉGNIER , Sat. XII
Il n'est festin que de gens chiches, c'est-à-dire quand un avare se met en frais, il n'épargne rien. Autant dépense chiche que large, c'est-à-dire une épargne faite mal à propos cause des pertes dans la suite. Il n'est pas riche qui est chiche. Au XVIIe siècle, les puristes essayaient de bannir le mot chiche :
Ces gens sont fort chiches, il faut dire : ils sont vilains ; ce mot de chiche est ridicule , MARG. BUFFET , Observ. p. 58
XIIe s.
Et au povre [la dame] se fait et chiche et morne , QUESNES , Romanc. p. 86
XIIIe s.
N'iert [il n'était] pas vers ele avers ne chiches , Ren. 15209
Ne soyés orguilleus ne chiches, Ayés por enseignier les riches Large cuer et cortois et gent, Et piteus à la povre gent , la Rose, 6607
Moult est fos [fou] haus homs qui est chiches , ib. 1154
Car li leus d'oisiaus herbergier N'estoit ne dangereus ne chiches ; Onc mès ne fu nus leus si riches D'arbres, ne d'oisillons chantans , ib. 473
XIVe s.
.... Nel troverez pas chiche, Ne vous doint [qu'il ne vous donne] tant d'avoir que tuit en serez riche , Girart de Ross. V. 985
Tous jours [il] seroit com povre et chiche, Dolent, subjet et serf au riche , BRUYANT , dans Ménagier, t. II, p. 25
Ne soies pas larges, mais chiches ; Ainsi seras-tu tantost riches , BRUYANT , ib.
XVe s.
Prince, je suy siche, pour abregier, Prodigue aussi, nonchallant, diligent , CH. D'ORL. , Bal. 109
L'empereur son pere estoit trop extremement chiche , COMM. , VI, 7
XVIe s.
Chiche à priser la dignité , CALVIN , Instit. 898
Les autres le blasmant d'avoir esté fort chiche et mechanique, jusques à envoyer vendre des presens de viande qu'on luy donnoit , AMYOT , Thémist. 8
Cato n'estoit jamais chiche de celebrer et prescher les louanges.... , AMYOT , Caton, 28
Charles, cardinal de Lorraine, esprit sans borne, très chiche et craintif de sa vie, prodigue de celle d'autrui , D'AUB. , Hist. II, 143
Amitié de chiches gens à deux boulets ressemble bien [parce qu'ils ne se touchent qu'en un point] , GÉNIN , Récréat, t. II, p. 234
Ce que chiche espargne, large despend , LEROUX DE LINCY , Prov. t. II, p. 258
Il n'est pas riche qui est chiche , LEROUX DE LINCY , ib. p. 315
Les plus riches sont les plus chiches , LEROUX DE LINCY , ib. p. 334
Catal. xic, chic, petit, de peu de valeur ; espagn. chico, petit ; ital. cica, petite chose ; du latin ciccum, petite chose. Nom ancien du pois qu'on ne nomme plus que pois chiche (voy. POIS). XIIe s.
E feves et lentilles et ceire quite (frixum cicer) , Rois, 185
XIIIe s.
Je ne priseroie trois chiches Socrates, combien qu'il fust riches , la Rose, 6941
Cices, de leur nature, sont caudes et seches , ALEBRANT , f° 51
XIVe s.
Honneur est grains, richesse est paille ; Donc qui a honneur, il est riches ; N'il ne doit or prisier deux chiches , MACHAULT , p. 102
XVIe s.
Prenés deux onces de farine de ciches rouges , O. DE SERRES , 940
Des farines de ciches blancs, de faseols.... , O. DE SERRES , 972
Cicer en langage latin signifie un poy chiche , AMYOT , Cicéron, 1
Provenç. cezer, sezer ; espagn. chicharo ; ital. cece ; du latin cicer.