CHARNIER

Prononciation : char-nié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel l's se lie : les charnié-z et les jambons
Nature : s. m.

1Endroit où l'on garde les viandes salées et, en général, toute espèce de viandes.
Mille autres moutons comme moi, Pendus aux crocs sanglants du charnier populaire, Seront servis au peuple-roi , A. CHÉNIER , 268
2Dans le langage des chasseurs, gibecière. On dit beaucoup plus souvent carnier. 3Cimetière, lieu où les corps morts sont déposés : sens aujourd'hui tombé en désuétude.
On me jettera dans les charniers Saint-Innocent et on ne mettra sur ma fosse qu'une croix de bois , VOLT. , Préf. de Cath. Vadé. Galerie autour des églises à Paris, où l'on donnait la communion aux grandes fêtes.
4Dépôt des os exhumés des charniers ou cimetières. La pile même des ossements. XIe s.
En un carnel comandez qu'on les port [porte] , Ch. de Rol. CCVIII
Ad un carner sempres [ils] les ont portet , ib. CCIX
XIIe s.
À pieux agus [ils] font les charners [fosse mortuaire] ouvrir , Ronc. p. 156
XIIIe s.
Et no franc crestien (que Jhesus puist sauver) Ont fait tous Antioche des mors Turs delivrer ; Ens es carniers defors les alerent jeter , Ch. d'Ant. VI, 1085
Bacons [jambon] mal salés En charnier empire, A dist li vilains , Proverbes du vilain, ms. dans LACURNE
XIVe s.
Le charnier des esperviers est fait sur un arbre qui a regart à leur aire, et est aussi comme au trait d'un arc de leur dit aire , Ménagier, III, 2
XVe s.
Loys de Luxembourg fist faire en la place où la bataille avoit esté, pluseurs carniers, et puis fist assembler tous les mors , FENIN , 1415
Quand je considere ces testes Entassées en ces charniers, Tous furent maistres des requestes, Au moins de la chambre aux deniers , VILLON , G. Test.
Après que les tuez eurent esté mis en terre en de grands charniers , MATHIEU DE COUCY , Hist. de Charles VII, p. 600, dans LACURNE
XVIe s.
Et non gueres loing de là est le charnier, auquel furent enterrez les corps des Macedoniens qui moururent en la bataille , AMYOT , Alex. 13
Deux charniers [caisses de chair], l'un plein de venaison de cerf, l'aultre de sanglier , CARL. , IV, 24
Cuisine accompagnée de tous ses offices ; assavoir, charnier, boulengerie, fournil, serre-pain.... , O. DE SERRES , 20
Plus rare est le rencontre du bon charnier, que du bon grenier et de la bonne cave, s'en treuvant peu où les chairs de pourceau, mesme les lards, ne s'enrancissent , O. DE SERRES , 836
Bourguig. chanier ; provenç. carnier ; espagn. carnero ; portug. carneiro ; ital. carnajo ; de carnarium, du latin caro, carnis, chair (voy. CHAIR). 1Terme de marine. Jarre où se met l'eau pour la consommation journalière de l'équipage. 2Terme de pêche. Cuve où l'on met l'huile tirée des foies de morue. On dit aussi foassier. Charnier 1 ; ainsi nommé à cause qu'autrefois un garde-manger y était joint où les matelots serraient ce qu'ils gardaient d'un repas pour l'autre sur leurs rations de viande. 3. CHARNIER (char-nié), s. m. Nom, dans quelques provinces, de l'échalas.
L'accusé nie ce fait, et prétend que c'est au contraire M.... [un vigneron qui voulait empêcher l'accusé de chasser dans sa vigne] qui l'a frappé d'un coup de charnier , Gaz. des Trib. (cour d'assises du Loiret), 1er nov. 1874, p. 1048, 4e col. Le bas-lat. a carratium, d'où vient échalas (voy. ce mot). Mais charnier en vient-il aussi ? Carratium n'explique pas l'n. Peut-être faut-il recourir au bas-lat. quarnellus, objet taillé en carré (voy. CRENEAU).