CHAMPART

Prononciation : chan-par ; le t ne se lie pas
Nature : s. m.

Terme de jurisprudence féodale. Une certaine portion des fruits que le seigneur percevait sur l'héritage donné à cens.
Dites aux femmes ce que c'est que fiefs, rentes, dîmes inféodées, droit de champart, lods et ventes , FÉN. , XVII, 101
Les autres [contributions] se lèvent en espèces lors de la récolte à une certaine quotité, plus ou moins, selon la quantité des gerbes que la terre donne ; et c'est ce qu'on appelle champart ou agrier , VAUBAN , Dîme, 71
XIIIe s.
Ventes de vilenages de cans à campart poent bien qeoir [tomber] en pris de terre , BEAUMANOIR , XXVII, 24
XVIe s.
Qui tient terres sujettes à champart n'en peut lever la desblée sans appeler le seigneur, sur peine de l'amende , LOYSEL , 544
Terres tenues en fief ne doivent champart , LOYSEL , 546
Campi pars, de campus, champ, et pars, partie (voy. PART, s. f.). CHAMPART. Ajoutez : 2Nom, dans le département d'Eure-et-Loir, d'un mélange de froment et de seigle ou d'orge, les Primes d'honneur, Paris, 1872, p. 29.