CHAMBRIER

Prononciation : cham-bri-é
Nature : s. m.

1Certain officier claustral dans quelques monastères rentés et dans quelques chapitres. 2Grand chambrier, grand officier de la couronne qui avait l'intendance de la chambre du roi, etc.
Ces Conflans se prétendent issus de la maison de Brienne si connue par son antiquité, ses grands fiefs, ses connétables, ses chambriers , SAINT-SIMON , 329, 59
3Grand chambrier, un conseiller de la grand'chambre du parlement.
La torture à laquelle de vieux grands chambriers appliquent si légèrement les innocents comme les coupables , VOLT. , Lett. Servan, 27 sept. 1769
M. l'abbé d'Espagnac arriva trop tard [pour une représentation] ; il eût été agréable d'avoir un grand chambrier pour spectateur , VOLT. , Lett. Mme d'Argental, 25 oct. 1760
XIIIe s.
Et le vent de par lou roy li mestre chamberier lou roy , Liv. des mét. 195
Li tainturier qui demeurent en la terre du chamberier , ib. 138
XVIe s.
Le roy ouit un chambrier du Grand-Seigneur, venu pour reconfirmer leur amitié , D'AUB. , Hist. I, 206
Et se payent propines grosses aux huissiers, chambriers, protenotaires [du pape] , M. DU BELLAY , 174
Provenç. cambrier, camarier ; catal. camarer ; espagn. camerero ; ital. cameriere ; bas-latin, camerarius, de camera (voy. CHAMBRE).