CHAMBELLAN

Prononciation : chan-bè-lan
Nature : s. m.

1Titre, chez les princes, des gentilshommes qui servent dans la chambre. Grand chambellan, le premier officier de la chambre du monarque.
Il avait l'honneur d'être chambellan de la reine , HAMILT. , Gramm. 8 La clef de chambellan, la fonction de chambellan, dont la clef est l'insigne.
2La table dont le grand chambellan faisait les honneurs aux courtisans que traitait le roi. Aller dîner au chambellan. 3Chambellan ordinaire du roi, titre que portait le prévôt de Paris. Grand chambellan, surintendant des finances du pape. Chambellan du sacré collége, cardinal qui administre les revenus du sacré collége. XIIIe s.
Girart de Nivele et Mengiers Dervi chambellanc le roi de Navarre , DU CANGE , accensare.
Cis estoit chamberlens au conte Baudoin , VILLEH. , LV
Et lors il dit à Jehan Sarrazin son chamberlain, que il li baillast la lettre que il li avoit commandée , JOINV. , 200
Nous entrames en son paveillon, et son chamberlanc nous vint à l'encontre pour ce que nous alissiens belement , JOINV. , 218
XIVe s.
Et aussi comme si elle fust serve prinse en bataille, Appius la donna à son sergent et à son chamberlain , BERCHEURE , f° 69, verso.
XVe s.
Ses chambrelans et ses varlets qui dorment en sa chambre et qui le veillent , FROISS. , II, III, 14
XVIe s.
Après eux se mit l'Empereur accompagné seulement de six de ses chambellans , M. DU BELLAY , 343
Provenç. camarlenc, chamarlenc ; espagn. camarlengo ; portug. camerlengo ; ital. camarlingo ; de l'anc. haut-allem. chamarlinc, allem. mod. Kämmerling, de Kammer, chambre (voy. CHAMBRE) : l'officier de la chambre La syllabe linc, qui est germanique, prouve que, bien que l'allemand Kammer provienne du latin, cependant le dérivé chambellanc et autres formes a été emprunté par les langues romanes aux idiomes germaniques.