CHALOIR

Prononciation : cha-loir
Nature : v. n.

Être d'importance, causer du souci. Il ne me chaut de cela.
Il ne vous en chaut, n'est-ce pas ? Que tout s'y pervertisse, il ne m'en chaut d'un double , RÉGNIER , Sat. VI
Or il ne me chaudrait .... Qu'ils fissent à leurs frais messieurs les intendants , RÉGNIER , ib. X
Il ne vous doit chaloir ni de qui, ni combien , RÉGNIER , Sat. XII
J'en suis d'avis, non pourtant qu'il m'en chaille , LA FONT. , Gageure.
Car quant à moi, du plaisir ne me chaut, à moins qu'il soit mêlé d'un peu de peine , LA FONT. , ib.
Allez, il ne m'en chaut , SCARRON , D. Japhet, III, 20
Soit de bond soit de volée, que nous en chaut-il, pourvu que nous prenions la ville de gloire [le paradis] ? , PASC. , Prov. 9 Régnier a fait de chaloir un verbe réfléchi : Je ne me veux chaloir du lieu, grand ou petit, Ép. II.
Xe s.
Dont [ce dont] lei [à elle] nonque chielt , Eulalie
XIe s.
Ne lui chalt, sire, de quel mort nous mourions , Ch. de Rol. X
De ce cui calt ? , ib. CVIII
XIIe s.
Beaux sire Guenes, ne vous chaut esmaier , Roncisv. 185
E bien as hui mustred que rien ne te chalt de tes cunestables ne de tes hommes , Rois, 191
XIIIe s.
Il ne chaloit, à ceus qui l'ost voloient depecier, del meilleur ne del peieur, mais que li ost se departist , VILLEH. , LXXXIX.
Et sachiés que il i avoit assés de ciaus [ceux] qui bien vousissent que li corans [le courant] enmenast les vaissiaus contreval le bras ou li vens, ne leur chausist comment l'aventure avenist , VILLEH. , CIII
Moi ne chaut qu'on en fasse, mais qu'elle soit tuée , Berte, XVI
Mal fustes conseillée, tant vous en a chalu , ib. LI
Ou se d'espargnier ne li chaut, Ains viengnent li froit et li chaut.... , la Rose, 5033
Més de povreté ne vous chaille, Fors de penser, comment qu'il aille, Comment la porrés eschever , ib. 809
Ne lor chaut gueres qui le sache , ib. 7785
Car il ne pot caloir li quix [le quel] perde , BEAUMANOIR , LXIII, 8
Li cuers avariscieus acquiert ne li caut comment, et ne pot estre assasiés d'avoir , BEAUMANOIR , LXIII, 21
XIVe s.
Et ceulz qui ont receu le bien, il ne leur chaut, se il ne rendent graces ou retribucion , ORESME , Eth. 273
XVe s.
Il ne peut chaloir, dit le duc d'Anjou ; j'ai dit et juré que jamais ne partirai de ci ; si aurai le chastel à ma volonté , FROISS. , II, II, 11
Et du faict du roy d'Angleterre ne leur challoit, au demourant, comment il en allast , COMM. , IV, 7
XVIe s.
C'estoient païens, auxquels il chaloit autant de J. C. que de celui qui n'avoit jamais esté , CALV. , Instit. 155
Prenons le cas, quant à eux, qu'il ne leur en chaille , CALV. , ib. 226
Ils seront si empeschés à leur profit particulier, qu'il ne leur chaudra guere de leur office , CALV. , ib. 272
Que chault-il quand ce soit ? , MONT. , I, 83
Que vous chault-il de l'avoir perdue ? , MONT. , I, 85
Il ne peut chaloir de quelle religion soit mon medecin , MONT. , I, 218
Pourveu qu'il soit gentil compagnon, la guerre qui confond toutes choses, fait qu'il ne peut chaloir de quelque lieu il soit , AMYOT , Fab. 43
Il estoit si deshonté, qu'il ne luy chaloit d'estre vituperé , AMYOT , Alc. 20
S'ainsin estoit, toute peine fatale Me seroit douce, et ne me chaudroit pas , RONS. , 25
... Ne luy chalut de mon corps perissant , ID. , 182
.... Mais peu se chaillant d'eux , RONS. , 746
Provenç. et anc. espagn. caler ; ital. calere ; du latin calere, proprement être chaud (voy. CHALEUR), et de là désirer.