CHALET

Prononciation : cha-lè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel l's se lie : des cha-lè-z agréable
Nature : s. m.

1Cabane de paysan suisse où se font les fromages, et où les vaches s'abritent l'été dans les montagnes ; et par extension, maison de paysan suisse.
Vous ne pouvez non plus rester sous ce chalet , LAMARTINE , Joc. II, 73
Des colonnes de fumée bleue et légère montaient dans l'ombre et annonçaient les parcs ou les chalets des abeilles [au mont Hymette] , CHATEAUB. , Itin. 205
2Maison de plaisance construite dans le goût des chalets suisses. Le lac d'Enghien est entouré d'élégants chalets. Scheler le tire du mot fictif chaslet, dimin. de casa, case. Je suis plus porté à y voir une contraction de castelletum, petit castel. CHALET. Ajoutez : - REM. J. J. Rousseau, Héloïse, I, 36, dit : " Autour de l'habitation principale sont épars assez loin quelques chalets. " Et en note : " Chalet, sorte de maisons de bois où se font les fromages et diverses espèces de laitage, dans la montagne. " Cette note montre que J. J. Rousseau est le premier qui ait introduit ce mot suisse dans le français. Ajoutez : Contre la dérivation par casa ou castelletum, M. Berthoud écrit : " L'étymologie latine aurait donné châlet ; cette faute de prononciation était insupportable à Rousseau, jamais on ne dit chalet en pays romand ; il n'y a des chalets proprement dits que dans les Alpes. " Cette observation écarte les conjectures latines sur l'origine de chalet ; et l'on ignore d'où vient ce mot.