CERTIFIER

Prononciation : sèr-ti-fi-é
Nature : v. a.

1Assurer qu'une chose est certaine. Je vous le certifie. Je vous certifie que.... Il certifia à son ami qu'il en était ainsi. Autrefois ce verbe voulait le régime direct de la personne. Il me certifia du fait.
Dieu certifie l'âme en tout ce qu'il convient , BOSSUET , Lettr. abb. 153
2Terme de pratique. Certifier une caution, en répondre. Certifier des criées, en attester la régularité. XIIIe s.
Si ne peüst-il pas le nombre Des grans contens [disputes] certefier, Tant seüst bien monteplier , la Rose, 12999
Et [que] nous [soyons] certefiés des noms des hommes que vous aurez fait adjorner , DU CANGE , assisa.
Se le seignor viaut [veut] estre certefié que il ait son jor gardé si comme il deit , Ass. de Jér. 90
Certifier son essoine [excuse] au seignor et à la court qui ajorne les parties , ib. 97
XIVe s.
Et dès maintenant peut assez aparoir quele chose est science, mes toutevoies il en convient plus certifier , ORESME , Eth. 173
XVe s.
Faites apporter de grands mairins, nous vous certifions que par force on la pertuisera [l'abbaye] en plusieurs lieux , FROISS. , I, I, 137
Car il n'eut, je vous certifie, Or ne argent de son poisson , VILLON , 1re repue, comment ils eurent du poisson.
XVIe s.
Il cognoist bien que le printemps revient, Et aux fruits meurs l'automne il certifie : Voilà son art et sa philosophie , ST-GELAIS , 209
Les ministres sont ordonnez de Dieu comme tesmoins, et quasi comme pleiges, pour certifier les consciences de la remission des pechiez , CALV. , Inst. 495
Il sera droitement certifié, là où auparavant il estoit en doute , CALV. , ib. 497
Toutefois [César] estant par le chemin certifié qu'il [Caton] s'estoit luy mesme desfait de sa propre main , AMYOT , César, 70
Il le certifia de tout ce qu'il avoit veu et entendu , CARLOIX , IV, 23
Provenç. et espagn. certificar ; ital. certificare ; bas-lat. certificare, du latin certus, certain (voy. CERTES), et ficare, fréquentatif de facere, faire.