CENTAINE

Prononciation : san-tè-n'
Nature : s. f.

1Nombre de cent ou environ. Une centaine d'années. À centaines, par centaines, en grand nombre. La centaine, cent ans de vie.
Je souhaite à M. le président Hénault la centaine au moins de Fontenelle , VOLT. , Lett. Mme du Deffand, 14 févr. 1762
2Dans les états fondés par les Germains, division de la population, agrégation de cent familles ou environ sous un chef, et plus tard division correspondante du territoire.
Si un centenier trouve un voleur dans une autre centaine que la sienne , MONTESQ. , Esp. XXX, 22
XIIe s.
E li prince de Philistins en veneient od centeines e od milliers de cumbateurs , Rois, 112
Provenç. et espagn. centena ; de centum, cent. 1Le brin qui lie ensemble tous les fils d'un écheveau : ce brin appartient à l'écheveau même et est formé par les deux bouts ; c'est l'un de ces bouts que l'on prend pour dévider l'écheveau. Fig. Perdre la centaine, ne plus savoir où l'on en est. L'Académie remarque qu'on trouve aussi l'orthographe sentène. 2Terme de marine. Liure pour tenir les paquets de petits cordages. Le nom de centaine vient-il de ce que le nombre des tours d'un écheveau est souvent de cent, ou multiple de cent ? L'orthographe sentène ne s'y accorde pas facilement. On remarquera que, dans les dictionnaires de la fin du XVIe siècle, Oudin, Cotgrave, se trouve centine, mot d'origine d'ailleurs inconnue, avec le sens de moyeu de roue, occhio della ruota ; y aurait-il quelque rapport entre centine, oeil de roue, et ce qu'on pourrait appeler oeil d'écheveau ?