CENSURER

Prononciation : san-su-ré
Nature : v. a.

1Relever, reprendre ce qui paraît digne de blâme.
Cette seule rebelle, entre tous mes sujets, Censure mes édits, attaque mes projets , ROTR. , Antig. IV, 6
Il [le peuple] aime à censurer ceux qui lui font la loi , CORN. , Pulchérie, III, 1
Socrate un jour faisant bâtir, Chacun censurait son ouvrage , LA FONT. , Fab. IV, 17
Celui qui a la mémoire fidèle et une grande prévoyance est hors du péril de censurer dans les autres ce qu'il a peut-être fait lui-même , LA BRUY. , XII
Prompte à nous censurer, leur adroite éloquence Ressaisit par degrés sa première influence , C. DELA VIGNE , Vêp. sic. II, 2
Il est avantageux qu'on blâme, qu'on censure Nos plus sincères actions , CORN. , Imit. I, 12
2En matière de dogme, condamner.
Quand on eut censuré ses livres à Rome , PASC. , Prov. 6
Sa doctrine a été censurée par l'université , PASC. , ib. 13
3Dans certains corps, infliger la peine disciplinaire de la censure. Cet avocat a été censuré par l'ordre. 4Se censurer, v. réfl. Faire la censure l'un de l'autre.
Jupin les renvoya s'étant censurés tous, Du reste contents d'eux.... , LA FONT. , Fabl. I, 7
XVIe s.
Mais je ne suis pour censurer Vostre mestier : Tous estats tendent à l'argent , J. LE HOUX , VII
Censure.