CAVERNE

Prononciation : ka-vèr-n'
Nature : s. f.

1Lieu creux dans des rochers, dans des montagnes, sous terre.
C'est proprement la caverne au lion , LA FONT. , Orais.
Moi-même il m'enferma dans des cavernes sombres , RAC. , Phèd. III, 5
Les mânes effrayés quittent leurs monuments ; Et les vents échappés de leurs caverne sombres Mêlent à ces clameurs d'horribles sifflements , J. J. ROUSS. , Cantate, Circé.
2Fig. Rendez vous de malfaiteurs. Cette maison est une caverne de brigands, c'est une vraie caverne. 3Terme de médecine. Excavation ulcéreuse qui reste dans le poumon ou ailleurs après l'évacuation complète de la matière tuberculeuse ramollie, ou du pus d'un abcès. XVe s.
Et moult de nobles faits verras, Par celle fontaine et caverne Qui tous les sept metaulx gouverne , La fontaine des am. 397
XVIe s.
Tout y alloit, non comme chez un officier de ville, mais comme chez un tyran du peuple ; et c'estoit non pas un parquet de justice, mais une caverne de tyrannie , LA BOETIE , Servitude volont. dans MONTAIGNE, édit. de Paris, an X, t. IV, p. 363
Bourg. caivarne ; Berry, chavarne ; provenç. espagn. et ital. caverna ; du latin caverna, dérivé de cavus (voy. CAVE 3).