CAUSER

Prononciation : kô-zé
Nature : v. a.

Être cause, occasionner.
Qu'il a fait un larcin de rôt ou de fromage, Égratigné quelqu'un, causé quelque dommage , LA FONT. , Fabl. III, 18
Quel que soit le plaisir que cause la vengeance, C'est l'acheter trop cher.... , LA FONT. , ib. IV, 13
Je m'en tais, et ne veux leur causer nul ennui , LA FONT. , ib. IV, 8
Cela causa leur malheur , LA FONT. , ib. IV, 6
Le trop superbe équipage Peut souvent en un passage Causer du retardement , LA FONT. , ib. IV, 6
Vous savez ses malheurs, vous les avez causés , RAC. , Iphig. III, 4
Je veux l'attendre ici ; les chagrins qu'il me cause M'occuperont assez tout le temps qu'il repose , RAC. , Brit. I, 1
Si Dieu n'a rien en lui-même par où il puisse causer en nous les volontés libres , BOSSUET , Libr. arb. 3
XIVe s.
...en la maniere que aucuns le disoient et se causoient [se fondaient sur] de ce que la fin est melleur que n'est la generacion de la fin , ORESME , Eth. 220
XVe s.
Nostre roy est le seigneur du monde qui le moins a causé [été cause] de user de ce mot de dire : J'ai privilege de lever sur mes subgectz ce que il me plaist , COMM. , V, 18
XVIe s.
Elle monstre que toutes ces choses sont causées [fondées] en Jesus Christ, comme en estant le fondement , CALV. , Instit. 1066
Au moyen de quoi, lui fut facile de causer [motiver] son voyage là dessus , B. DESPER. , Contes, V
Il mourut d'une apoplexie que ce coup luy causa , MONT. , I, 74
Cela m'a causé me restraindre de trop grande liberalité , B. DE PALISSY , 11
Donnant à entendre que.... : langaige causé [développé comme cause et motif] et contenu en ladicte ordonnance , CARLOIX , VIII, 3
Cause ; espagn. cauzar ; ital. causare. 1. CAUSER. Ajoutez : 2Donner pour motif (sens inusité).
Cela insinue beaucoup en causant comme petit-fils de Sa Majesté [en donnant pour motif de la décision le titre de petit-fils] , SAINT-SIMON , t. VIII, p. 194, éd. Chéruel.
1S'entretenir familièrement. Ils causent ensemble. De quoi causent-ils ? Nous causerons de cette affaire.
Je veux me vanter d'être toute l'après-midi dans cette prairie, causant avec nos vaches et nos moutons , SÉV. , Lett. 384
Voilà la chose du monde la plus heureuse pour lui ; vous savez tout cela, mais on cause [c'est-à-dire je vous écris cela pour causer avec vous] , SÉV. , 592
Pour mon fils, M. le maréchal n'a pas voulu le laisser venir ; il est le seul avec qui il cause de toute chose , SÉV. , ib.
Le duc d'Orléans régent daigna un jour causer avec moi au bal de l'Opéra ; il me fit un grand éloge de Rabelais , VOLT. , Lett. Mme du Deffant, 13 oct. 1759 Familièrement. Causer de choses et d'autres, s'entretenir sans propos déterminé. Fig. Causer de la pluie et du beau temps, parler de riens, de choses de peu d'importance. Elliptiquement. Causer littérature, voyages, etc. causer de littérature, de voyages. Familièrement. Ah çà ! causons un peu, expliquons-nous, entendons-nous. Passivement et impersonnellement, dans le parler familier, c'est assez causé, ou, simplement, assez causé, ne parlons plus, agissons, et aussi, taisez-vous, brisons-là.
2Familièrement, tenir des propos, parler avec légèreté et indiscrétion, ou avec malignité.
Le monde, chère Agnès, est une étrange chose ! Voyez la médisance, et comme chacun cause ! , MOL. , Éc. des fem. II, 6
Je ne m'étonne point si parfois on en cause , MOL. , Prol. d'Amph.
Voilà ce que c'est que d'avoir causé ; vous n'en tâterez plus, et je vous laisse sur la bonne bouche , MOL. , G. Dandin, II, 7
3V. n. Terme de fauconnerie. Se dit du cri des perroquets et des pies. Peut-on dire : il m'a longtemps causé de ses affaires ; allez lui causer de cette nouvelle ? C'est une façon de parler qui est très en usage. Mais observez qu'on ne pourrait pas dire, en mettant un substantif au lieu du pronom : j'ai causé de l'affaire à mon avocat ; il faut avec mon avocat. Cela rend très suspect l'emploi du pronom, et il sera mieux de dire : il a longtemps causé avec moi de ses affaires ; allez causer avec lui de cette nouvelle. On ne cause pas à quelqu'un ; on cause avec quelqu'un. Pourtant cette manière de parler se trouve dans J. J. Rousseau, qui n'est pas toujours très pur, et sans doute dans d'autres.
La première fois que je la vis elle était à la veille de son mariage ; elle me causa longtemps avec cette familiarité charmante qui lui est naturelle , J. J. ROUSS. , Confess. VII
XIIIe s.
Par poi Hersent n'enrage d'ire Por Ysengrin, qui si la chose [gronde] , Ren. 725
Moult de sa gent parler n'en osent, Mais par derriere moult l'en chosent [blâment], Fabliaux , BARBAZ. , I, 160
XVe s.
Je vous ait dit et causé [expliqué] toutes les avenues de Jean Bar, de Jean Pict.... , FROISS. , II, II, 239
Envie qui accuse et cause [blâme] Maintes personnes tout à tort , Myst. Resurr. de N. S
L'homme songeart il [le vin] fait causer et rire , BASSELIN , XXXVII
Si voulez que je cause et preche, Et parle latin proprement, Tenez ma bouche toujours freche, De bon vin l'arrosant souvent , BASSELIN , LVIII
XVIe s.
Ce fut un commandement nu et simple, où l'homme n'eut rien à connoistre et à causer [demander raison] , MONT. , II, 208
Provenç. chausar, causciar, reprocher, disputer ; espagn. causar, faire un procès ; du latin causari, faire un procès, d'où disputer, reprocher, et simplement, causer. Diez et d'autres étymologistes font intervenir l'ancien haut allemand chôzôn, allemand moderne kosen ; mais le latin suffit à la forme et au sens du mot roman. 2. CAUSER. - REM. Ajoutez : Corneille a dit me causer pour causer avec moi : Lysis m'aborde, et tu veux me causer, Lexique, éd. Marty-Laveaux.