CATASTROPHE

Prononciation : ka-ta-stro-f'
Nature : s. f.

1Renversement, grand malheur, fin déplorable. Ce tremblement de terre fut une épouvantable catastrophe. Nous touchons à la catastrophe. La vie de Jules César se termina par une étrange catastrophe.
Allons voir allumer le bûcher d'Hercule, et représenter sa catastrophe sur le mont Oeta , D'ABLANC. , Lucien, t. II, Amours, dans RICHELET
2Par extension, le dernier et principal événement d'une tragédie, d'un drame. Catastrophe habilement préparée.
Le poëme tragique vous mène par les larmes, par les sanglots, par l'incertitude, par l'espérance, par la crainte, par les surprises et par l'horreur, jusqu'à la catastrophe , LA BRUY. , I
XVIe s.
La fin et catastrophe de la comedie approche , RAB. , Pant. IV, 27
Tout le parcours de cette concion fut un amas bien choisi de lieux communs, la catastrophe tombant sur les decimes et franchises de l'eglise, et achevant par specieuses protestations , D'AUB. , Hist. I, 107
Pour catastrophe et closture de l'enter, convient affermir, au nouveau ente, des paisseaux pour.... , O. DE SERRES , 664
En grec : retour, tournure, issue, de sur et tour (voy. STROPHE).