CATAPLASME

Prononciation : ka-ta-pla-sm' ; la prononciation ca-ta-plâ-me, qu'on entend quelquefois, est rejetée par l'usage
Nature : s. m.

1Topique de la consistance d'une bouillie épaisse, que l'on compose de pulpes, de poudres ou de farines cuites soit avec de l'eau pure, soit avec des décoctions de plantes, ou avec du lait.
Cataplasme, Dieu sait ! les gens n'ont point de honte De faire aller le mal toujours de pis en pis , LA FONT. , Fabl. III, 8 Terme d'horticulture. Préparation de bouse de vache et de terreau gras pour recouvrir les plaies des arbres. dite vulgairement onguent de saint Fiacre.
2Fig. Cela est un cataplasme, se dit en parlant de quelque chose qui adoucit, compense, répare. Cataplasme de Venise, un coup sur la joue, un soufflet, dans LE ROUX, Dict. comique. Populairement. C'est un bon cataplasme pour l'estomac, se dit d'un aliment à la fois épais et doux, comme une purée, une soupe épaisse. XVIe s.
Ils sont faits de farine et poudre meslées et incorporées avec jus ou autre chose humide ; tels emplastres doivent plustost estre appelés onguens durs ou cataplasmes qu'emplastres , PARÉ , XXV, 27
Les cataplasmes sont faits de racines, fueilles, fruits, fleurs, semences des herbes, jus d'icelles, huiles, axonges, moelles, farines, resines : desquels les uns sont cuits, les autres cruds , PARÉ , XXV, 28
Génev. cataplâme ; picard, catapleume du latin cataplasma ; terme grec composé de deux mots signifiant sur et application, ce dernier dérive du verbe grec appliquer, former (voy. PLASTIQUE).