CARTON

Prononciation : kar-ton
Nature : s. m.

1Pâte faite avec du papier haché, mouillé et réduit en bouillie. 2Feuille épaisse faite avec cette pâte rassemblée et séchée dans une presse. Reliure en carton. Moulures de carton. Carton-pierre, pâte de carton préparée de façon à imiter des ornements en plâtre ou en pierre. Carton-cuir, carton imitant le cuir.
Les nouvellistes font voler les armées comme des grues et tomber les murailles comme des cartons , MONTESQ. , Lett. pers. 130
Lorsqu'on fait tourner des cartons peints de jaune et de bleu, on n'aperçoit qu'un cercle continu de couleur verte , CONDORCET , d'Arci. Fig. Personnage de carton, homme qui n'a qu'un rôle de parade, sans action effective.
Je proposai à M. le duc d'Orléans d'aller à la revue de la gendarmerie, de donner fréquemment le coup d'oeil à sa suite et aux troupes, et, sous prétexte d'honorer en M. du Maine l'autorité du roi, d'y montrer ce roi de carton pâmé d'effroi et d'embarras , SAINT-SIMON , 403, 263
3Boîte faite de carton, pour serrer des papiers, rubans, dentelles, etc. Carton de bureau. Carton à chapeau. Carton de marchande de modes. Il, elle a longtemps porté le carton, se dit d'un commis qui a fait les commissions, d'une femme qui a porté pour une marchande de modes. Fig. Cette pièce de théâtre est restée dans les cartons, on ne la joue pas. Cette affaire dort, est ensevelie dans les cartons du ministère, elle est oubliée, elle n'aboutit pas. 4Carton de dessins, grand portefeuille de carton pour serrer des dessins. 5Dessin en grand sur papier que fait un peintre. Les cartons servent d'ordinaire au peintre pour faire sa fresque ; on les donne aussi pour modèle aux ouvriers en tapisserie. Les cartons de Raphaël à Hampton-Court.
M. Bossi a découvert, je ne sais où, les cartons et les études de Léonard même , P. L. COURIER , Lettres, I, 297
6Terme d'architecture. Feuille de carton ou de fer-blanc chantournée, qui sert de modèle pour tracer les profils des charpentes. 7Terme de librairie et d'imprimerie. Feuillet supplémentaire d'impression qu'on est quelquefois obligé de faire pour remplacer quelques pages d'un livre, lorsqu'il s'y est glissé des fautes qu'on veut réparer.
Le livre est imprimé ; mais on fera des cartons , BOSSUET , Lett. 141
Je ferai faire un carton pour le corriger, afin que tout soit exact , BOSSUET , Lett. 91
Je prierai Joce de mettre quelques cartons aux exemplaires qu'il a chez lui , VOLT. , Lett. vers, 20
Il ne veut pas que son livre paraisse jusqu'à ce qu'on ait fait un carton , VAUVENARGUES. , Caritès. Cela se dit aussi des divisions d'une feuille ; ainsi les épreuves d'une feuille in-16 se divisent en deux cartons de seize pages chacun ; celles de la feuille in-4° en deux cartons de quatre pages.
8Partie du métier du fabricant de rubans, qui sert à déposer les navettes. 9Terme d'imprimerie. Maculature bien unie sur laquelle on colle des hausses pour remédier à l'inégalité du foulage. 10Terme de minéralogie. Carton de montagne, variété d'asbeste. 11Carton se dit quelquefois pour cartes, dans cette phrase familière : battre le carton, jouer beaucoup aux cartes. Il passe des journées entières à battre le carton. Ital. cartone, de carta, papier, avec le suffixe augmentatif one. CARTON. 11Ajoutez :
C'est la chose du monde la plus facile.... quand on a une certaine habitude du carton.... de tourner en moyenne le roi trois fois sur cinq à l'écarté , G. MAYRAND , dans les Jeux en France, IIe série, p. 167