CARRER

Prononciation : ka-ré
Nature : v. a.

1Donner une figure carrée. Carrer un bloc de marbre. 2Terme de géométrie. Trouver le carré équivalent à une surface terminée par des lignes courbes.
Le mathématicien qui carre une courbe à double courbure , VOLT. , Dial. XXIX, 11
J'aime mieux votre Anti-Machiavel que toutes ces courbes qu'on carre ou qu'on ne carre pas , VOLT. , Lett. Pruss. 94 Terme d'arithmétique et d'algèbre. Former le carré d'un nombre, d'une quantité, en les multipliant par eux-mêmes.
3Terme d'art militaire. Former une troupe en carré. 4Se carrer, v. réfl. Se tenir d'une façon qui annonce la satisfaction de soi, l'arrogance.
Montrer ses belles dents, se carrer sur un pied , RÉGNIER , Sat. VIII
Cependant l'un des jeunes gens vêtit sa soutane et commença à se carrer avec , Francion, IV, 155
Dans ce penser il se carrait, Recevant comme siens l'encens et les cantiques , LA FONT. , Fabl. V, 14
Un jour que je me promenais et me carrais dans les appartements , LE SAGE , Gil Blas, VII, 13
On l'a mille fois fustigé, Il se carre encor dans la boue , VOLT. , Ép. 86
Sur un trône l'ennui se carre, Fier d'être encensé par des sots , BÉRANG. , Math. Bruneau.
5À la bouillotte, un joueur se carre, quand il s'assure de la priorité en doublant sa mise. Provenç. cairar ; catal. quadrar ; espagn. cuadrar ; ital. quadrare ; du latin quadrare, où le radical quadr est une forme de quatuor, quatre (voy. QUATRE). CARRER. 3Ajoutez :
Je sais mieux ranger les soldats que les paroles, et mieux carrer les bataillons que les périodes , SCUDÉRY , Ligdamon, préface