CARICATURE

Prononciation : ka-ri-ca-tu-r'
Nature : s. f.

1Terme de peinture. Représentation grotesque de personnes, d'événements qu'on veut ridiculiser. Une caricature spirituelle. Les caricatures politiques. 2Imitation dérisoire, charge. Molière a fait le portrait de l'avare, dont d'autres n'ont donné que la caricature.
Votre oiseau [flamant] ressemble assez aux caricatures que M. Hubert a faites de moi , VOLT. , Lett. à Cath. 122
C'est cette vérité dans la couleur qui distingue le portrait d'avec la caricature , DIDER. , Réfl. sur Térence.
Ce ne sont là de la part de nos adversaires que des caricatures économiques qui ne permettent pas les regards sérieux de la raison , MIRABEAU , Collection, t. IV, p. 151
3Personne ridiculement accoutrée ou dont la figure est grotesque. Avec ses plumes et sa robe rose, cette vieille femme est une caricature. Ital. caricatura, charge, de caricare, charger (voy. CHARGER). CARICATURE. 1Ajoutez :
À l'école une fois la semaine, les élèves s'assemblent ; un d'eux sert de modèle ; son camarade le pose et l'enveloppe ensuite d'une pièce d'étoffe blanche, le drapant le mieux qu'il peut ; et c'est là ce qu'on appelle faire la caricature , DIDER. , Oeuvres compl. 1821, t. IX, p. 16