CARESSE

Prononciation : ka-rè-s'
Nature : s. f.

1Marque extérieure d'affection, qui se donne par la main, par les lèvres, et quelquefois aussi par les manières et les paroles. De perfides caresses. Faire caresse à quelqu'un.
Il me fit d'abord mille caresses, car il m'aime toujours , PASC. , Prov. 5
Tes feux et tes serments cèdent à ses caresses , CORN. , Cinna, III, 4
Cela se passera avec un peu de caresse que vous lui ferez , MOL. , G. D. II, 12
Je vous vois accabler un homme de caresses , MOL. , Mis. I, 1
.... Os de poulets, os de pigeons ; Sans parler de mainte caresse , LA FONT. , Fabl. I, 5
Ses caresses n'ont point effacé cette injure , RAC. , Baj. I, 1
Ah ! si vous aviez vu par combien de caresses Il m'a renouvelé la foi de ses promesses , RAC. , Britann. V, 3
Dès vos plus jeunes ans, mes soins et mes tendresses N'ont arraché de vous que de feintes caresses , RAC. , ib.
Cette princesse lui a fait des caresses infinies , SÉV. , 418
Sans songer que mêmes tendresses, Mêmes serments, mêmes caresses Trompèrent un autre avant lui , J. B. ROUSS. , Odes, II, 15
2Fig. Les caresses de la fortune.
Ce doux pays reçoit du haut des cieux De ses rayons [du soleil] les premières caresses , C. DELAVIGNE , Paria, I, 5
.... N'offrir qu'aux talents de vertus ennoblis Et qu'à l'amitié douce et qu'aux douces faiblesses, D'un encens libre et pur les honnêtes caresses , A. CHÉN. , Él. 16
XVIe s.
Et bien où voulez-vous ailer, Mon miel, ma douceur, ma caresse ? , R. BELLEAU , Oeuvres, p. 130, dans LACURNE
Ital. carezza ; de caro, cher ; du latin carus (voy. CHER).