CANTIQUE

Prononciation : kan-ti-k'
Nature : s. m.

1Chez les Hébreux, chant d'actions de grâces consacré à la gloire de Dieu. Le cantique de Moïse, de Siméon, etc.
Mes filles, chantez-nous quelqu'un de ces cantiques Où vos voix si souvent, se mêlant à mes pleurs, De la triste Sion célèbrent les malheurs , RAC. , Esth. I, 2
Prêtres sacrés, préparez vos cantiques , RAC. , Esth. III, 9 Familièrement. Vous l'avez échappé belle, vous pouvez chanter un beau cantique. Quel cantique nous chantez-vous là ? c'est-à-dire quelle histoire nous faites-vous ? Cantique des cantiques, livre de Salomon qui fait partie de la Bible.
2Aujourd'hui, chant d'église en langue vulgaire.
Dans ce penser il se carrait, Recevant comme sien l'encens et les cantiques , LA FONT. , Fab. V, 14
Ils commenceront à chanter le cantique céleste , MASS. , Jugement.
Avec quelle reconnaissance il chantait le cantique de sa délivrance ! , FLÉCH. , M. de Mont.
Les chrétiens s'avancent en chantant des cantiques , CHATEAUB. , Mart. II, 2149 Terme de liturgie. Cantiques, les 15 psaumes graduels qui se trouvent à la fin du livre des Psaumes de David. Cantiques spirituels, chansons sur des sujets de dévotion, qu'on fait apprendre et chanter dans les églises aux enfants qui vont faire leur première communion, aux membres des confréries. Les cantiques de St-Sulpice.
3Dans un style élevé, toute espèce de chant.
Les psaumes avaient succédé aux cantiques des joies du siècle , BOSSUET , Anne de Gonz.
XVIe s.
Cantiques spirituels [chansons spirituelles] , CALV. , Instit. 711
Avecques un psaume ou cantique En son labeur se soulager , MAROT , IV, 25
Bourguig. canticle ; provenç. cantic ; esp. et ital. cantico ; de canticum, de cantus, chant.