CANONISER

Prononciation : ka-no-ni-zé
Nature : v. a.

1Mettre dans le catalogue des saints, suivant les règles et avec les cérémonies pratiquées par l'Église. Il est béatifié, mais il n'est pas encore canonisé.
On n'attend que sa mort pour le canoniser , RÉGNIER , Sat. III
2Déclarer canonique.
Il canonisa les deux livres que les ennemis de Saint Augustin improuvaient , BOSSUET , Aut. eccl.
3Fig. ou familièrement. Louer comme saint ou digne d'un saint.
Nous que le monde canonise, nous serons rejetés , MASS. , Car. Laz.
À force de s'entendre canoniser, ils [des gens dont la vie est exempte de certains vices] se persuadent sans peine qu'ils sont tels en effet qu'on les vante de tous côtés , BOURD. , Pensées, t. I, p. 209
Voilà ce que [le sacrifice d'Isaac] la postérité a comblé d'éloges et canonisé, comme un des sacrifices les plus saints et les plus mémorables , BOURD. , ib. II, 419
XVe s.
Ilz regardoient aux estoiles et les consideroient, et comptoient les mois, et circuloient, et gettoient pour sçavoir le temps, afin qu'ils canonizassent [prophétisassent] les choses qui estoient advenir, ce dist Dieux par son prophete , E. DESCHAMPS , Poësies mss. f° 382, dans LACURNE
Adonc peussiez veoir les Escossois monter en orgueil et eulx reparer de nouveaux paremens pour eulx monstrer et leurs prouesses plus canoniser , Perceforest, t. I, f° 144, dans LACURNE
XVIe s.
Les maux que leur ont fait endurer les Espagnols y ont canonisé [à Milan] le nom des François , M. DU BELLAY , 155
Quelcun de leurs saincts canonisez à leur poste , CALV. , Instit. 951
Bas-lat. canonizare, en grec :canon, règle, catalogue.