CANETTE

Prononciation : ka-nè-t'
Nature : s. f.

1Le petit d'une cane ; une petite cane. 2Sarcelle d'hiver. 3Terme de blason. Oiseau représenté sans plumes. Petite cane qui n'a ni bec ni jambes. 4Nom, dans quelques provinces, de la bille dont les enfants se servent pour jouer. XVe s.
Item sera le seneschal, Qui une fois paya mes debtes, En recompense, mareschal Pour ferrer oes [oies] et canettes , VILLON , Grand test. Legs au sén.
Une petite logette où l'on met couchier oes ou quenettes , DU CANGE , quaneta.
Diminutif de cane. Bourguig. caner, jouer sa bille, sa canette. 1Mesure de liquide restée en usage dans les débits de bière et qui est un vase ayant un bec, ou une bouteille de forme particulière tenant un litre. Le contenu. Boire une canette. 2Petit tuyau de bois ou de roseau qu'on charge de fil ou de soie pour faire la trame d'une étoffe. XIIe s.
Tost après commanda que l'om quatre chanes de eve emplist , Rois, 317
XVIe s.
Fondre un seul calice, ou rompre une petite cannette d'argent , CALVIN , Instit. 881
Portant les deux cannettes en ses deux mains, couvertes d'une toile de soie.... , MARG. DE NAV. , Nouv. XI
Mesme un jour comme il tenoit le calice et l'autre les cannettes, il s'escria.... , D'AUB. , Conf. I, 2
Norm. canne, cruche ; wallon, canète ; du bas-latin canna, kanna, de canna, canne, plusieurs vases ayant, à cause de leur forme, reçu ce nom. Sorte de pièce de métier à tisser la soie. XVe s.
Trois quenettes [bobines] de fil d'or de Lucques , DU CANGE , quaneta.
Peut-être canette s'est-il dit par une assimilation avec canette 1. Pièce de bois supportant la ventrière d'un navire qu'on veut lancer à l'eau, et glissant dans un coulisseau parallèle au grand axe du navire. Coiffure de femme, dans la Nièvre.
Pas un cheveu ne dépassait la canette qui s'élargissait en auréole au-dessus de sa tête , TH. BENTZON , Rev. des Deux-Mondes, 1er juin 1876, p. 536