CAMPANE

Prononciation : kan-pa-n'
Nature : s. f.

1Tenture de soie, d'argent filé, etc. ornée de petites cloches de même matière. Campane de lit, de carrosse. 2Terme d'architecture. Ornement de sculpture à houppes en forme de clochettes. Une campane pour un dais d'autel. Le corps, en forme de cloche renversée, des chapiteaux corinthien et composite. Ornement de plomb chantourné, placé au bas du faîte ou du brisis d'un comble. 3Chaudière pour cuire le savon, ainsi dite de sa forme. 4Terme de vétérinaire. Tumeur arrondie qui se développe au jarret du cheval. XIIIe s.
Quand il out le convers oï, Durement furent esbahi Qu'il n'orent oï soner cloche Ne champenelle, ne reloge [horloge] , RUTEB. , 315
XIVe s.
Les cloches furent premiers trouvées en la region de Campanie, en françois nommée Champaigne, en la cité de Nole, et pour ce aucuns les claiment campanes , DE LABORDE , Émaux, p. 193
XVe s.
On sonne au matin la campane du consistoire , FROISS. , III, IV, 67
Assis de brodures avecques multitude de campanettes d'argent qui moult donnoient du bruit , CHASTELAIN , Chr. des ducs de Bourgogne, 1re part. ch. 4
XVIe s.
L'ennemy meit toutes les campanes des mullets dans les coffres, et sans sonner trompette ni tabourin deslogea , M. DU BELL. , 144
Provenç. espagn. et ital. campana, cloche ; d'après les étymologistes, de la ville de Nola en Campanie, où l'usage des cloches s'établit d'abord (la Campanie fut ainsi appelée à cause de ses plaines ou campagnes ; voy. ce mot). Mais la plus ancienne mention de campana est dans Isidore, avec le sens de plateau de balance, et avec la note que la campane est un genre de balance inventé en Campanie ; de sorte que, vraisemblablement, le plateau de balance est ce qui, par assimilation d'ustensile métallique, a donné le nom à la cloche.