CAMBOUIS

Prononciation : kan-boui ; l's se lie ; kan-bui est une prononciation vicieuse
Nature : s. m.

Vieux oing qui, employé pour adoucir les frottements d'une roue sur l'essieu, d'une machine, prend le nom de cambouis quand il a été noirci par le frottement et le mélange des parties métalliques. L'huile qu'on met aux roues des voitures devient aussi du cambouis par le frottement. Terme de vétérinaire. Matière sébacée qui s'accumule souvent en quantité considérable à l'intérieur du fourreau du cheval. XIVe s.
Prenez camboïs, c'est le limon noir qui est aux deux bouts de l'essieul de la charette , Ménagier, II, 5
XVIe s.
Ah très orde vieille truande ! Vous me baillez du cambouys [vous me dupez] , Farce du meunier de qui le diab le emporte l'âme en enfer, Paris, 1831, p. 19
Raynouard le tire du provençal camois, boue, souillure.