camaieu

Prononciation : ka-ma-ieu
Nature : s. m.

1Pierre fine taillée, ayant deux couches de différentes couleurs, dont l'une est devenue la figure en relief, et l'autre fait le fonds. 2Genre de peinture où l'on n'emploie qu'une couleur avec des teintes plus sombres et plus claires. Peindre en camaïeu. Un camaïeu, un tableau peint en camaïeu. Par dénigrement, un camaïeu, un tableau d'une couleur lourde et monotone.
Le coadjuteur a bien ri des camaïeux de peinture, que vous comparez à l'histoire de France en madrigaux , SÉV. , 192
3Gravure qui est une imitation de la manière en lavis. XIVe s.
Beles chambres qui seront d'or et d'argent et de pierres precieuses, c'est à savoir rubiz, esmeraudes, saphyrs, cameuz et marguerites , Livres de la loi au Sarrasin, p. 133
Une autre boiste d'argent où est le triaclier au duc, et un catmahieu , Bibl. des chartes, 4e série, t. V, p. 169
Un tableau d'or ouquel il a un grans gamahieu assis sur bois , DE LA BORDE , Émaux, p. 185
Un lorain [courroie garnie de soie] semé de boutons dorés et de camahieus , DE LA BORDE , ib.
Le camahieu qui aultrement est appelé oniche , DE LA BORDE , ib.
Un camahieu, dont le champ est vermeil et a deux figures dessus à une beste assise en une verge toute plaine , DE LA BORDE , ib.
XVe s.
Ung fuzil entaillé en un camayeu où estoient ses armes , COMM. , V, 9
XVIe s.
Cet anneau avoit pour sa pierre un cupidon couronné fort mignonnement, estant entaillé en un camoïeu d'amatite , YVER , 588
Chamahieux , PALSGR. , p. 102
Espagn. camafeo ; bas-lat. camahotus, camahutus ; du bas-lat. camaeus, sardoine, onyx (voy. CAMÉE). CAMAÏEU. Ajoutez : 4Vêtement qui, comme la peinture en camaïeu, a deux tons.
Dans ce costume, qui est ce qu'on appelle proprement un costume camaïeu, l'un des deux tons se distingue de l'autre, et chacun a son écho dans la toilette , CH. BLANC , Journ. offic. 28 oct. 1872, p. 6710, 3e col.
La dignité du vêtement, le luxe voilé, la sévérité de l'uni ou des camaïeux sont quelquefois des raffinements , CH. BLANC , ib. p. 6711, 2e col.