CALME

Prononciation : kal-m'
Nature : adj.

Qui est sans agitation. Une mer calme. Un homme calme. Une humeur calme. La sédition a cessé, la ville est redevenue calme. Le malade est calme, il repose. Les affaires sont calmes, il se fait peu d'affaires de bourse, de commerce. XVe s.
Et dist Solin que ceste mer qui est entre les dictes deux isles de Bretaigne et Hibernie n'est point paisible ne carme, mais pleine de vagues , Perceforest, t. I, f° 2, dans LACURNE (carme pour calme est fréquent dans Perceforest)
XVIe s.
Et c'est sans compter cette bonté et felicité de nature, si bien attrempée et assaisonnée, qui nous rend calmes, sereins, exempts et nets de passions fortes et mouvements violens , CHARRON , Sagesse, II, 1
Voy. CALME, s. m. 1Cessation complète du vent. Le plus grand calme règne dans les airs. Calme plat, calme absolu qui laisse la mer plate, unie.
Elle mande qu'elle vous a mise dans votre bateau par un temps et par un calme admirable , SÉV. , 21
Dans l'Aulide arrêté par un calme soudain , RAC. , Iph. I, 3
Tu reverras le calme après ce faible orage , CORN. , Cid, II, 3
2Tranquillité, absence d'agitation et de bruit. Le calme des nuits. En cette circonstance ayez du calme.
.... Et rendre un heureux calme à nos divisions , CORN. , Sertor. III, 4
Il rendra quelque calme à son coeur magnanime , CORN. , Nicom. IV, 2
Nulle paix pour l'impie ; il la cherche, elle fuit ; Et le calme en son coeur ne trouve point de place , RAC. , Esth. II, 9
Mais en vain par ce calme il croit nous éblouir , RAC. , Baj. I, 1
Par moi Jérusalem goûte un calme profond , RAC. , Ath. II, 5
Le roi, vous le voyez, flotte encore interdit ; Je sais par quels ressorts on le pousse, on l'arrête, Et fais, comme il me plaît, le calme et la tempête , RAC. , Esth. III, 5
En ce calme trompeur j'arrivai dans la Grèce , RAC. , Andr. I, 1
Il a remis le calme dans l'hôtel de Grammont , SÉV. , 301
Rendez le calme, Europe, à votre âme étonnée , J. B. ROUSS. , Jup. et Europ.
Mais ce calme si doux que le ciel vous renvoie N'est point le calme oisif d'une indolente joie , J. B. ROUSS. , Odes, III, 4
À ces mots elle demeura dans un calme et dans une joie qu'elle ne pouvait exprimer , BOSSUET , Anne de Gonz. Le calme d'un malade, la tranquillité qu'il éprouve après quelque crise.
XVIe s.
Advenant qu'il feust calme en mer , RAB. , Pant. IV, 28
Un calme lui ostant tout moien de retraitte, il se trouva engagé au combat , D'AUB. , Hist. II, 86
Espagn. portug. et ital. calma ; holl. kalm ; angl. calm. Origine inconnue. Diez se demande si on peut le tirer : 1° de calare, se relâcher ; à quoi il oppose que ma n'est pas un suffixe roman ; 2° du bas-latin cauma, chaleur (calma en espagnol et en portugais signifiant aussi le chaud du jour), le chaud du jour étant le moment le plus calme du jour. Bien que au se change rarement en al, cette dernière opinion n'est pas sans vraisemblance. On croit que calm en hollandais et en anglais est emprunté. Le mot français est pris aux langues du midi.