CAHUTE

Prononciation : ka-u-t'
Nature : s. f.

Petite loge, mauvaise hutte.
Le vice-consul allemand, logé dans une méchante cahute de plâtre, m'offrit à souper , CHATEAUB. , Itin. 30
XIIe s.
De joins [joncs] et de feuchière Estoit couverte la chahute , ERNOUS CAUPAINS , ms. de poésies fr. dans LACURNE
XIVe s.
Je lui ferai perdre sa quahute et son corps ; et appelloit sa quahute une vieille maison où il demeuroit , DU CANGE , cahua.
XVIe s.
Abraham est demeuré en foy en la terre promise, comme estrangier, habitant en cahuettes avec Isac et Jacob , CALV. , Instit. 332
Demeurant en une cahuette couverte de chaulme , Sat. Mén. p. 103
Bas-lat. cahua, cahuca. On disait aussi cahuet pour capuchon :
Aucuns sont en figure de capuchon ou cahuet de moine , PARÉ , I, 8 Origine inconnue. Que hutte soit dans le mot (ca-hute, hutte, avec le préfixe péjoratif ca ; voy. CA.... préfixe), c'est ce qui devient douteux quand on voit cahuette et quahute. La forme primitive paraît être cahue ; Scheler propose l'all. kaue, réduit.