CAHIER

Prononciation : ka-ié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel l's se lie : des ka-ié-z écrits
Nature : s. m.

1Assemblage de plusieurs feuillets de papier ou de parchemin réunis. 2Cahiers d'un cours, leçons d'un professeur mises par écrit. 3Autrefois, mémoires adressés au souverain par un corps de l'État. Cahier de doléances. Les cahiers du clergé, du tiers état. 4Cahier des charges, état des clauses et conditions d'une adjudication publique. 5Cahier de frais, mémoire ou état des frais. Terme vieilli en ce sens. XIIIe s.
Aristotes à Alixandre Enseigne et si li fait entendre En son livre versié, Enz el premier quaier lié, Comment il doit el siecle vivre, Et Rutebeus l'a trait dou livre , RUTEB. , 285
XVe s.
Là deçà et delà queroit, En cherchant plusieurs vieux cayers, Car le vray monstrer me vouloit , CH. D'ORL. , Bal. 140
Quayer getta au feu felonnement ; rioit sur les uns et les baisoit ; sur les autres cracha par vilonnie, et les foula des piés , G. CHASTELAIN , Exp. de vér. mal prise.

Quouez, cahiers, dans un texte de 1372 , Bibl. des Chartes, 3e série, t. I, p. 228 Origine obscure. Les mots des autres langues romanes, ital. quaderno, catal. cuern, se rapportent au bas-latin quaternum, cahier de quatre feuilles ; serait-il possible que quaternarium eût été contracté en quaier ? Il y a dans l'ancien français carreignon, cahier (Blanchandin fist un brief escrire, Puis mist le carreignon en cire, DU CANGE, ceraculum) : par conséquent quaternarium aurait donné carreier ; pour de là passer à cahier, il faut admettre une forte altération, non impossible en un mot très vulgaire. On trouve cahier de chandelles (GODEFROY, Annotations sur l'Hist. de Charles VI, p. 708) qui signifie probablement un paquet de quatre chandelles et qui se montre encore sous la forme cahoer. Ces rapprochements portent à considérer cahier ou cahoer ou quouez, comme une dérivation très irrégulière de quaternarium, et écartent d'autant la conjecture de Diez qui proposait de rattacher cahier à une forme codicarium, issue de codex, livre.
CAHIER. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
Se vousisse [si je voulais] lor faiz escrire, Trop lunge chose fust à dire ; En treis quaers de parchemin N'en venisse je pas à fin , BENOIT , Chronique, t. III, p. 210, V. 37512
Ajoutez : D'après M. Gaston Paris, Mém. de la Soc. de linguist. t. I, p. 285, cahier, dont l'orthographe devrait être quaier, est pour quaiern, comme enfer pour enfern, et répond au provenç. cazern, catal. cuern, espagn. cuaderno, ital. quaderno, du lat. quaternum : réunion de quatre feuilles. Cela doit être adopté et donne plus de précision à la discussion qui est dans le Dictionnaire sur l'origine de ce mot.