CADENAS

Prononciation : ka-de-nâ ; l's ne se lie pas dans la conversation, et se lie dans le parler soutenu : un ca-de-nâ-z
Nature : s. m.

1Serrure mobile qu'on accroche à la porte, à la malle, etc. qu'on veut fermer.
Car sitôt que du soir les ombres pacifiques D'un double cadenas font fermer les boutiques , BOILEAU , Sat. VI Fig.
Et nos prédicateurs ont-ils ces qualités ? Si par hasard ils ne les avaient pas, faudrait-il pour cela leur attacher des cadenas aux lèvres ? , DIDEROT , Claude et Néron.
2Coffret d'or ou de vermeil contenant le couteau, la cuiller, etc. qu'on sert à la table du roi et des princes.
Le roi d'Angleterre ayant la reine sa femme à sa droite et le roi à sa gauche avec chacun leur cadenas , SAINT-SIMON , 3, 57
Le roi était seul au milieu [des tables], dans son fauteuil, avec son cadenas , SAINT-SIMON , 276, 227
XVIe s.
Appliquans des morillons et cadenats jusqu'aux boutiques et fenestres basses pour les empescher de courir à l'allarme , D'AUB. , Hist. I, 276
Ils furent bien aises de mettre entr'eux et l'armée victorieuse la Dordongne, où nous avons dit, et le Lot à cadenat , D'AUB. , ib. I, 318
Picard, cadenos ; génev. cadenar ; ital. catenaccio ; d'un bas-lat. catenacium, de catena, chaîne (voy. CHAÎNE). Le provençal cadenat, et l'espagnol candado, anciennement cadenado, viennent de catenatum.