CABOTIN

Prononciation : ka-bo-tin
Nature : s. m.

Comédien ambulant, et, par extension, mauvais comédien. Probablement caboter, à cause de la vie errante du cabotin. CABOTIN. - ÉTYM. Ajoutez : M. Éman Martin (Courrier de Vaugelas, 15 juillet 1875, p. 43) conteste l'étymologie par caboter ; il a raison, d'autant plus qu'il indique la vraie étymologie : elle est dans ce passage, qu'il emprunte à M. Édouard Fournier, Chansons de Gaultier Garguille, Préface, LXXVI., " Les farceurs au nom roturier ont survécu davantage.... les comédiens de bas étage qui s'en vont, comme on dit, rôtir le balai dans les provinces, avaient déjà un patron tout baptisé, le sieur Cabotin, célèbre opérateur nomade, qui, en même temps que tous les gens de son métier, était tout ensemble impresario et charlatan, vendait des drogues, et jouait des farces. " On voit que Cabotin est un nom propre qui est devenu générique. M. Éman Martin ajoute que, comme cette préface est consacrée à l'histoire de notre théâtre avant 1660, cabotin, dans le sens de mauvais acteur, quoique ne se trouvant pas dans Trévoux (1771), pourrait très bien dater de la seconde moitié du XVIIe siècle.