cenacle

Prononciation : sé-na-kl'
Nature : s. m.

1Dans les Écritures, salle à manger, et, plus particulièrement, la salle où Jésus-Christ institua l'Eucharistie après y avoir soupé avec ses apôtres.
Comme il descendit autrefois dans le cénacle , MASS. , Car. Conf.
Ce souffle ébranla le cénacle et consterna les disciples , MASS. , Panég. S. Franc. La Cène de Léonard de Vinci [tableau très célèbre] est nommée quelquefois le Cénacle.
2Par extension, réunion d'hommes de lettres, d'artistes, etc., qui se voient souvent et sont accusés de s'admirer mutuellement.
Est-il besoin de dire que dans son cénacle Joseph [Delorme] n'a introduit que quelques poëtes.... unis entre eux par des rapports intimes d'amitié et de voisinage ? , SAINTE-BEUVE , note à la fin de la 1re éd. des Poésies et pensées de Joseph Delorme
Coenaculum, de coenare, souper (voy. CÈNE). CÉNACLE. Ajoutez : - HIST. XVIe s.
Et quant ilz furent entrez, ilz monterent au cenacle où demouroit Pierre et Jehan , Actes, I, 13, Nouv. Testament, éd. Lefebre d'Etaples, Paris, 1525