BRANCHE

Prononciation : bran-ch'
Nature : s. f.

1Bois que pousse le tronc d'un arbre. Petite branche. Branche d'olivier. Menues branches. L'arbre étendait ses branches. Pousser trop de branches. Mère branche, grosse branche d'où sortent plusieurs autres branches. Fig.
De là l'Église étendait ses branches par toute la terre , BOSSUET , Hist. II, 7
Fig. et familièrement. S'accrocher à toutes les branches, recourir à tous les moyens pour sortir d'embarras.
Il jure qu'il n'a aucune branche pour se reposer , SÉV. , 67
Fig. Sauter de branche en branche, passer brusquement d'un sujet à un autre. Fig. et familièrement. Se prendre, s'attacher aux branches, s'arrêter aux circonstances inutiles, et négliger l'essentiel. Être comme l'oiseau sur la branche, être dans une position incertaine, sans garantie. Terme de jardinage. Branche gourmande, branche qui prend trop de développement et empêche les branches à fruit de se former. Branches de charpente, celles qui constituent la forme de l'arbre et portent les petites branches et les branches fruitières. Branches coursonnes sur le pêcher, celles qui sont placées entre la charpente et la branche à fruit de l'année. Branche chiffonne, petite branche grêle du pêcher qui a des boutons à fruits dans toute son étendue. Branche à bouquet, très petite branche sur le pêcher de 2 à 8 centimètres qui porte à son extrémité quatre ou cinq boutons à fruits.
Branche à demi-bois, celle qui, étant trop menue pour branche à bois et trop grosse pour branche à fruits, est coupée à deux ou trois pouces de long pour en faire de meilleures soit à bois, soit à fruit , LA QUINTINYE , Jardins, 1re partie, Dictionnaire.
2Par extension. Les branches d'une racine, ses divisions.
C'est une racine qui étend ses branches par tous les sens , BOSSUET , Comédie.
3Par analogie. Tout ce qui peut être comparé avec les branches des arbres. Les branches du bois de cerf. Les branches d'un lustre. Lunettes à branches, lunettes qu'on fixe sur le nez au moyen de deux petites branches d'écaille fondue, de métal, etc. qui s'appliquent le long des tempes. Le chemin se partage en deux branches.
Plus d'une erreur passe et repasse Entre les branches d'un compas , BÉRANG. , Sciences.
4Partage d'un cours d'eau principal. Le Nil se divise en plusieurs branches. Les branches d'un fleuve, les petits affluents de ce fleuve. 5Terme d'anatomie. Les branches d'une veine, d'un nerf, veines, nerfs qui se détachent d'un tronc principal.
La grande artère qui envoie ses branches par tout le corps , DESC. , Méth. 5, 6 Les branches d'une mine, les filons qui dérivent du filon principal. Terme de fortification. Les branches d'une tranchée, les boyaux d'une tranchée.
6En termes de généalogie, les familles qui proviennent d'une même souche. Branche aînée ; branche cadette. Ils sont issus de deux branches différentes.
Jusqu'à ce qu'il eût conduit ses ancêtres de branche en branche jusqu'à Yolande , HAMILT. , Gramm. 4
Le père du maréchal [de Tallard] était puîné de la Tournon et fit sa branche , SAINT-SIMON , 342, 226
La branche qui régnait en France était encore moins en état de disputer l'empire , MONTESQ. , Esp. XXXI, 31
J'étais un conjuré, j'avais entrepris de faire passer la couronne dans une autre branche , P. L. COUR. , Lett. II, 76
7Partie, division. Une des branches de la littérature. Les différentes branches de l'administration, du commerce, etc. Les différentes branches des sciences naturelles.
Ce fut encore [les pelleteries] une branche de commerce enlevée à Venise , VOLT. , Moeurs, 119
L'envie de commander est une des branches de l'orgueil , VOLT. , Métaph. 8
8Terme d'architecture. Nervure saillante des voûtes gothiques. 9Terme de manége. Branche de la bride, chacune des deux pièces de fer courbées, portant l'embouchure, les chaînettes et la gourmette, et attachées d'un côté à la têtière et de l'autre aux rênes. 10Terme de marine. Divisions de divers cordages à l'effet d'agir sur plusieurs points. 11Terme d'art militaire. Branche d'armement, certaines parties de l'armement d'uniforme. 12Corps d'une épingle. Partie de la poignée d'une épée. Tige d'une clef. Chacune des portions dans lesquelles une chaîne d'étoffe est divisée. Planche à l'usage des verriers. Il vaut mieux se tenir au gros de l'arbre qu'aux branches, c'est-à-dire il vaut mieux s'attacher à celui qui a l'autorité supérieure qu'à celui qui n'a qu'une autorité subalterne. XIe s.
Branches d'olive en vos mains porterez , Ch. de Rol. V
XIIe s.
Tous jours [il] ama le roi sans branche de renart [par allusion aux perfidies de Renart, dans le célèbre poëme de ce nom] , Sax. XI
Cume li muls vint suz [sous] un grand chaigne e ki mult out branches, une des branches aerst Absalon par la tresce , Rois, 186
XIIIe s.
Et la masenghe [mésange] saut sour une brance, et fu mervelles lie de çou qu'elle fut escapée , Chr. de Rains, 236
Quant le flum vient en Egypte, il jete ses branches aussi comme j'ai jà dit devant , JOINV. , 220
XVe s.
Et sachez que nous devons mieux aimer les branches et les membres qui viennent de si vaillant homme [Jacques d'Artevelle] que de nul autre , FROISS. , II, II, 101
XVIe s.
Ce bon Bacchus, qui de branches de vigne Guide le cours de tigres attelez , DU BELLAY , IV, 61, verso.
Picard, branke ; bourguig. brainche ; provenç. branca fém. et branc masc. ; ital. branca ; valaque, brëncë, patte de devant (bas-latin, branca leonis, pied de lion, sorte de plante, dans un texte du XIe siècle). Diez remarque que branca doit être fort ancien et peut-être même avoir appartenu à la latinité, puisqu'il se trouve dans le valaque, qui fut, de si bonne heure, séparé du domaine de la langue latine. Il est disposé à le rattacher au celtique : ancien gaél. brac, cornw. brech, qui signifient bras (les branches d'un arbre sont ses bras) ; d'où le bas-breton brank, branche, qui alors n'aurait pas emprunté ce mot aux langues romanes. BRANCHE. Ajoutez : 13Petite succursale d'une banque, d'une compagnie.
Ces banques d'Écosse ont de petites succursales, des délégations, des branches, comme on les appelle, dans chaque village , Journ. offic. 29 janv. 1873, p. 648, 2e col.
Attendu que les articles 31 des statuts de la branche l'Incendie et 35 de ceux de la compagnie d'assurances sur la vie stipulent l'un et l'autre que le directeur peut être révoqué par l'assemblée générale , Gaz. des Trib. 23 août 1876, p. 820, 4e col.
14Dans l'exploitation du bois de flottage, portion d'un coupon.
Un coupon prend quatre branches dans lesquelles il entre six mises ou portions de 0m, 72, plus deux petites mises de 0m, 11 environ appelées acoulures , Mém. de la soc. centrale d'agric. 1873, p. 266
15Terme d'hippologie. On dit qu'un cheval a de la branche, quand il a le garrot bien sorti, la tête petite, et l'encolure longue et bien portée.