BOUQUIN

Prononciation : bou-kin
Nature : s. m.

1Vieux bouc. Cornet à bouquin, trompe ordinairement faite d'une corne.
Quand les voix des onagres répondent au cornet à bouquin qui appelle.... , VOLTAIRE , Babouc.
2Sentir le bouquin, exhaler une odeur de bouc.
Allez, bouquin puant, faire l'amour aux chèvres , RACAN , Berg. Lisimandre, II, 2
Il se serait donné corps et âme à celle que la Rancune lui aurait nommée, tant le bouquin avait la conscience troublée , SCARR. , Rom. com. ch. X
3Satyre, démon.
Gageons que son brodequin Nous cache un pied de bouquin , BÉRANG. , Gotton.
4Terme de chasse. Vieux lièvre ; lièvre mâle ; lapin mâle. 5Terme de vétérinaire. Bouquet (voy. BOUQUET 2). XVIe s.
Bouquin, maladie ainsi appellée, parce que la sueur et vapeur des malades est puante comme un bouc , PARÉ , Introd. 21
Et partant acquierent pourriture et mauvaise odeur, comme la senteur d'un bouc ; c'est pourquoy l'on dit qu'ils sentent le bouquin ou l'espaule de mouton , PARÉ , XVI, 39
Les espics sont à Cerès, Aux dieux bouquins les forès , RONS. , 494
Bouc. Vieux livre dont on fait peu de cas.
À un si horrible spectacle (il parle de ce pâté que je fis sur son bouquin), mon sang se gela dans mes veines , P. L. COUR. , I, 70
XVIe s.
Il faut louer la peine qu'ils ont prise à escrire ce qu'ils avoient trouvé ez bouquins de leurs devanciers , DU HAILLAN , Hist. Préface
Flamand, boeckîn, petit livre ; de l'allemand Buch, livre. Étymologie préférable à celle de Génin, qui dit que bouquin a été ainsi nommé à cause de la mauvaise odeur. Petite pièce qui s'ajoute à une pipe et se met dans la bouche. Un bouquin d'ambre. Bouque, pour bouche.