BOULINE

Prononciation : bou-li-n'
Nature : s. f.

Terme de marine. Nom de longues cordes, qui tiennent la voile de biais, lorsqu'on fait route avec un vent de côté. Vent de bouline, vent de biais qui n'est pas favorable à la route. Aller à la bouline, se servir d'un vent de biais qui n'est pas favorable à la route.
Les cygnes ont l'art de tourner ce plumage du côté du vent, et d'aller comme les vaisseaux, à la bouline, quand le vent ne leur est pas favorable , FÉN. , Exist. 19
Courir la bouline, se dit d'un châtiment consistant à faire passer le condamné entre deux haies de matelots qui le frappent avec des garcettes ou boulines.
XIIe s.
Estuins ferment et escotes, Et font tendre les cordes totes, Utages laschent, tresavalent, Boelines sachent et halent , Brut, t. II, p. 141
XVIe s.
Ils se mettent à la bouline, et courans bande sur bande viennent aux canonades , D'AUB. , Hist. II, 293
Un calme l'arresta premierement, et puis une demi tourmente, laquelle pourtant, au dire des matelots, le pouvoit porter à la bouline dedans les Asnes , D'AUB. , ib. 296
Angl. bowline ; dan. bugline ; holland. boelijn ; de bug, bow, boe, proue, et line, corde.