BOULEAU

Prononciation : bou-lô
Nature : s. m.

Genre de végétaux dont l'espèce bouleau blanc (betula alba, L.) est un arbre contenant, au printemps, une séve abondante d'une saveur douce, sucrée et légèrement aigrelette, avec laquelle on prépare, dans le Nord, une liqueur alcoolique au moyen de la fermentation.
Comme une feuille morte échappée aux bouleaux Qui sur une onde en pente erre de flots en flots, Mes jours s'en vont de rêve en rêve , V. HUGO , Orient. 4
XIVe s.
Boul est un arbre dont on fait les balais pour netoyer les maisons , Propriétés des choses, liv. XVII, chap. 155, manuscrit du temps de Charles V
Les dites femmes garnies de verges de boust , DU CANGE , boulus.
XVe s.
Lors me prendront branches et rains De boul, d'osieres ou d'orties , Mir. de Ste Genev
XVIe s.
Cinq sortes principales d'arbres aquatiques y a-il : saules, peupliers, aunes, bouleau, oziers , O. DE SERRES , 800
Les peupliers, trembles et boleaux , O. DE SERRES , 801
Berry, boula, boulas, boule, et aussi betou, et même petou ; norm. bou, bu, et aussi boulard ; wall. bèol ; namur. bôle, bôli ; rouchi, boule, bouie ; du latin betula. Betula ayant l'accent sur bé, a donné correctement boule ou bout, et un diminutif bouleau. Le mot est aussi celtique : irland. beith. BOULEAU. - ÉTYM. Ajoutez : D'après M. D'Arbois de Jubainville (Revue celtique, t. II p. 127), boul, qui est le primitif de bouleau, provient, non pas du latin bétula, où l'é n'aurait pu donner ou en français, mais de betúlla, forme gauloise qui nous est fournie par Pline (Hist. nat. XVI, 30). Cette orthographe, que caractérise un suffixe fréquent en gaulois, la, lo, est indispensable pour expliquer le français boule pour bedoulle. Betúlla est dérivé d'un thème betu, qui explique aussi les diverses formes bretonnes : en gallois bedu, bedwen, en cornique bedeven, en armoricain bezo, bezven.